Randy Rayess de Outgrow

Café du fondateur épisode 043

Je suis Jeroen de Salesflare et ceci est Founder Coffee.

Toutes les deux semaines, je prends un café avec un fondateur différent. Nous discutons de notre vie, de nos passions, de ce que nous avons appris, ... dans le cadre d'un entretien intime, pour apprendre à connaître la personne qui se cache derrière l'entreprise.

Pour ce quarante-troisième épisode, je me suis entretenu avec Randy Rayess, cofondateur et PDG d'Outgrow, une plateforme de premier plan permettant d'ajouter des calculatrices, des quiz et d'autres éléments interactifs à votre site.

Avant la création d'Outgrow, Randy et son cofondateur avaient créé une place de marché pour le développement d'applications mobiles. Comme l'équipe de vente avait besoin de pouvoir faire des estimations de prix rapides, ils ont créé une calculatrice. Beaucoup de gens ont aimé ce qu'ils avaient construit et ont voulu l'utiliser sur leurs sites. Outgrow était né.

Nous discutons de la manière de recruter les bonnes personnes, de sélectionner les bonnes caractéristiques sur lesquelles travailler, des avantages de la méditation et des étirements, et des raisons pour lesquelles faire quelque chose pendant seulement 3 minutes par jour peut être le bon moyen de commencer à créer une habitude durable.

Bienvenue à Founder Coffee.

obtenir Salesflare

Vous préférez écouter ? Vous pouvez trouver cet épisode sur :


Jeroen :

Bonjour, Randy. C'est un plaisir de vous recevoir au Café du Fondateur.

Randy :

C'est un plaisir d'être ici.

Jeroen :

Vous êtes donc le cofondateur d'Outgrow. Pour ceux qui ne savent pas encore ce que vous faites, que faites-vous ?

Randy :

Nous sommes donc un logiciel utilisé principalement par les spécialistes du marketing pour créer un large éventail de contenus interactifs. J'entends par là des outils spécifiques destinés à faciliter l'acquisition de clients, la génération de leads, ainsi que la personnalisation et la qualification des leads. Il s'agit par exemple de calculateurs de retour sur investissement, d'outils de recommandation de produits pour le commerce électronique, de questionnaires, de tests et de sondages sur les résultats. Ce sont là les principaux exemples de choses que vous pouvez construire avec notre logiciel, y compris, bien sûr, les chatbots.

Jeroen :

J'imagine qu'il y a beaucoup d'applications et que vous vous adressez à de nombreux types d'entreprises. Mais si vous deviez choisir la principale application et le principal type d'entreprise pour votre logiciel, quels seraient-ils ?

Randy :

Oui, c'est une question très intéressante parce que nous avons un éventail assez large de spécialistes du marketing. Les principaux utilisateurs sont les spécialistes du marketing numérique et du marketing de contenu. Mais au sein des spécialistes du marketing numérique et du marketing de contenu, les types d'entreprises qui nous utilisent sont, je dirais, les services financiers, la santé, les logiciels informatiques, les entreprises SaaS. Ensuite, les entreprises de commerce électronique, et la santé et le bien-être sont populaires pour des contenus tels que le fitness et le type de yoga que je devrais faire. Ce genre de choses est très populaire. Je dirais que ce sont les plus importants. Les éditeurs et les sociétés pharmaceutiques nous utilisent également. Et puis, bien sûr, les agences, par exemple pour savoir combien coûte la création d'une application mobile ou comment répartir vos dépenses de marketing entre les différents canaux publicitaires. Il s'agit là de questions fréquemment posées par les agences.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. Mais ce qui me frappe, c'est que le premier que vous avez mentionné est le secteur des services financiers. Comment cela se fait-il ?

Randy :

Les services financiers utilisent beaucoup nos calculatrices. En effet, les gens se demandent souvent s'ils doivent refinancer leur prêt hypothécaire ou leur prêt étudiant. Devrais-je refinancer mon prêt étudiant ? Quel taux d'intérêt puis-je obtenir sur mon prêt hypothécaire ? Toutes ces questions nécessitent des calculatrices parce qu'il faut savoir, par exemple, quelle est votre cote de crédit ? Quel est votre revenu ? En fonction de cela, vous pouvez dire : "D'accord, quel est votre niveau d'endettement, et quelle est la taille de la maison que vous pouvez acheter ?" Ensuite, vous pouvez dire : "D'accord, sur la base de toutes ces informations, voici le type de prêt hypothécaire que vous pouvez obtenir. Voici le taux d'intérêt que vous obtiendrez pour votre prêt hypothécaire et vos mensualités". Les calculatrices sont donc parfaitement adaptées aux services financiers, aux prêts hypothécaires, puis aux investissements et à la planification de la retraite. Par exemple, combien d'argent devrais-je épargner chaque année si je veux prendre ma retraite à l'âge de 60 ans ? Ce type de calculatrice est donc très répandu.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. Oui, je vois que la première chose sur votre site, ce sont les calculatrices, et seulement après, ce sont les quiz, etc. Alors, plus bas sur votre site, vous vous concentrez plus sur les quiz pour l'industrie de l'édition ?

Randy :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Dois-je voir cela plutôt comme quelque chose que vous mettez sur votre site ou sur votre blog ?

Randy :

Oh, c'est une très bonne question. La façon dont nous envisageons les choses est qu'il y aura quelques éléments fondamentaux que vous mettrez sur le site principal. Par exemple, un calculateur de retour sur investissement pour SaaS. Il est généralement placé sur le site principal, à côté de la tarification ou sur l'une des pages clés. Une agence peut par exemple demander combien coûte la création d'une application mobile. Cette information sera affichée sur le site principal de l'entreprise. Vous aurez quelques éléments de contenu que vous placerez vraiment au cœur de votre site. Un scanner de sécurité pour une entreprise de sécurité sera l'élément principal.

Randy :

Ensuite, vous disposez d'un contenu intéressant, qui va compléter l'article de blog. Par exemple, que savez-vous des logiciels de vente ? Que savez-vous de la qualification des prospects ? Ce genre de choses peut compléter les articles de blog. Il peut aussi s'agir de contenus sociaux, de choses avec lesquelles vous vous engagez sur les réseaux sociaux ou dans les forums. Mais il ne s'agira pas des cinq ou trois éléments de contenu les plus importants, qui figureront sur votre site principal. Il peut s'agir de la page d'accueil ou de l'une de vos pages liées directement à la page d'accueil, distincte du blog.

Jeroen :

J'ai compris. Comment en êtes-vous arrivé à cette idée ? Étiez-vous auparavant dans les services financiers, dans une agence ou quel était le problème auquel vous étiez confronté ?

Randy :

C'est une très bonne question. En gros, nous étions au début des années 2010, l'App Store commençait à décoller. Je suis sûr que vous vous souvenez de cette période très intéressante, car tout le monde avait besoin d'applications mobiles. Mais il n'y avait pas d'expert en développement d'applications mobiles. C'était très nouveau, et la plupart des gens peuvent dire dès 2011 que le magasin d'applications mobiles allait devenir très important pour l'avenir des logiciels et de la technologie. Les défis liés au coût de la création d'une application mobile, combien de temps cela prend-il ? Ce n'était pas très clair à l'époque. Il y avait beaucoup d'incertitude à ce sujet.

Randy :

Nous avions en fait une place de marché pour les gens qui voulaient développer des applications mobiles. Nos vendeurs étaient constamment confrontés à ce problème : chaque personne qui venait nous voir disait "Oh, nous essayons de créer ceci" et il n'y avait pas beaucoup de normes sur la façon de faire les choses. Tout était très obscur. C'est probablement comme construire des sites web 20 ou 15 ans plus tôt. C'est un peu la même chose que ce qui s'est passé pour le mobile à l'époque. Nous nous sommes donc dit : "Vous savez, nos vendeurs sont obligés de donner toute une formation à chaque nouvelle personne à qui ils s'adressent. Nous pourrions peut-être créer une calculatrice qui donnerait aux gens une idée de ce que coûte la création d'une application mobile."

Randy :

Le défi, bien sûr, comme vous le savez, est que lorsque vous construisez une application mobile, le prix varie en fonction des fonctionnalités et de la géographie dans laquelle vous voulez que votre équipe de développement se trouve. Nous avons donc dit : " D'accord, il est évident que nous ne serons pas en mesure, en quelques minutes de calcul, de vous donner une estimation exacte, un temps et des matériaux exacts pour ce que vous faites, parce que vous n'allez pas nous fournir un document de spécification complet et approprié ". Nous nous sommes donc dit : "Vous savez quoi, ces entrepreneurs aux idées créatives ne sont pas des chefs de projet qui rédigent ces longs cahiers des charges. Imaginons une calculatrice, essayons de faire 80% du chemin et disons clairement qu'il s'agit d'une estimation". C'est ce que nous avons fait. Nous avons créé cette calculatrice pour ce cas d'utilisation. Et il s'est avéré être une source de génération de leads si importante pour nous que nous l'avons transformé en un outil logiciel que d'autres personnes peuvent construire. C'est leur source d'acquisition. C'est ainsi que nous sommes entrés dans le jeu de la stratégie intelligente de génération de leads.

Jeroen :

Oui, c'était vraiment autour des calculatrices à ce moment-là.

Randy :

C'est donc pour cela que les gens regardent notre calculatrice. C'est pourquoi les gens regardent notre calculatrice et se disent : "C'est une calculatrice très puissante". Vous pouvez créer des graphiques, des calculatrices d'hypothèques et d'autres choses encore. Mais la raison en est que notre idée initiale était "oh, si vous essayez d'élaborer une application mobile, comment pouvons-nous rendre cela facile à faire ?". Et puis, au fil du temps, lorsque vous avez des mathématiques financières, vous avez besoin de certaines fonctions. Vous avez besoin de logarithmes et de certaines choses comme ça pour faciliter les choses et vous avez besoin de fonctions puissantes. Nous essayons donc de réfléchir à la manière de faciliter la création d'une calculatrice par un spécialiste du marketing sans avoir besoin d'acquérir des compétences en conception ou en technologie, et, espérons-le, peu de compétences en mathématiques pour la créer.

Jeroen :

C'est intéressant. J'ai regardé votre profil LinkedIn et il semble que vous ayez une double formation - en partie dans la finance et en partie dans l'ingénierie logicielle - et que vous soyez passé d'un monde à l'autre. Je pense que ce projet vous permet de faire le lien entre les deux.

Randy :

C'est vrai, en fait. Je ne me suis pas dit "oh, Outgrow est fait pour réunir ces deux-là". C'est plutôt comme ça que je suis tombé dessus, à cause de ce qui est arrivé à la calculatrice. Mais vous avez raison de dire que la plupart du temps, c'est une question de mathématiques et de finances. En particulier, nos clients financiers, évidemment, vont être dans la finance et la partie marketing. Mais même nos clients non financiers, ceux qui construisent des calculateurs de retour sur investissement, ou ceux qui essaient d'établir des projections. Par exemple, beaucoup de sociétés d'hébergement de logiciels. Ils viennent et évaluent le coût total de l'hébergement et tous les sous-produits qu'ils peuvent acheter en plus de l'hébergement. Il y a beaucoup de calculs à faire. C'est donc un mélange de finances, de mathématiques, de technologie et de marketing. Mais je pense que c'est ce qui rend la chose intéressante.

Jeroen :

Oui. Jusqu'où remonte votre parcours d'entrepreneur ? Est-ce quelque chose que vous avez découvert par hasard lorsque vous étiez, je vois ici en 2012, plus dans le domaine du capital-investissement ? Ou bien est-ce quelque chose qui a commencé bien plus tôt, peut-être avant même que vous ne fassiez des études d'ingénieur ?

Randy :

En fait, j'aime beaucoup cette question parce qu'elle permet de définir ce que l'on fait. Je pense que cela dépend de la façon dont vous définissez le mot "entrepreneur". Je pense que c'est en 2012 qu'est née la première sorte d'entreprise, que je qualifierais de plus réelle. Ensuite, il y a d'autres types d'entreprises. Je dirais donc que j'ai travaillé dans une startup. J'ai travaillé dans plusieurs startups avant cela. J'ai travaillé dans une entreprise de création de demande qui gérait les publicités Google, qui était une startup. Ensuite, j'ai travaillé dans une startup qui vendait un nouveau terminal de carte de crédit, avant Square et Rebel. J'ai donc travaillé dans une startup qui proposait un terminal de carte de crédit plus rentable, que l'on pourrait appeler un point de vente pour les points de vente au détail, principalement les restaurants.

Randy :

J'ai donc travaillé dans plusieurs start-ups, ce qui m'a permis d'entrer dans le jeu, je dirais. Ensuite, travailler dans le secteur du capital-investissement est très intéressant, tout comme travailler dans le secteur du capital-risque ou dans n'importe quel type d'environnement d'investissement, ou même dans le secteur de la consultance. Vous avez l'occasion de voir beaucoup d'entreprises et je pense que c'est le principal avantage. Il n'y a pas que le capital-investissement. Je pense donc que c'est la capacité à voir de nombreuses entreprises. Cela vous aide à comprendre les défis auxquels les entreprises sont confrontées et comment vous pourriez être en mesure de proposer quelque chose qui les aide. C'est donc un mélange de travail dans un grand nombre de startups et de travail dans le secteur du capital-investissement pour voir quels sont les défis auxquels elles sont confrontées.

Randy :

Troisièmement, j'ai été très, très chanceux en termes de timing ; le magasin d'applications mobiles venait juste d'être lancé. Il n'y avait donc pas d'expert. Il était donc relativement facile de se dire : "Si je me plonge à fond dans ce domaine, je peux être l'un des meilleurs et avoir plus de connaissances et de compréhension que la plupart des autres personnes, étant donné que tout le monde part de zéro. Je pense que nous vivons une période unique. C'est comme Google Ads au début des années 2000, ou Facebook Ads. C'est tout nouveau et personne ne sait vraiment comment cela fonctionne. Vous avez un avantage lorsque vous avez de la chance et que vous finissez par créer une tendance.

Jeroen :

C'est vrai. Oui, c'est un peu comme une chose en plein mouvement, et quand vous êtes là à ce moment-là, vous commencez à faire des trucs sympas. Ça peut vraiment décoller, oui.

Randy :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Où avez-vous grandi ? En Pennsylvanie ?

Randy :

J'ai vécu en Pennsylvanie pendant un certain temps. Ensuite, j'ai vécu à New York, puis en Californie du Sud et en Californie du Nord, mais j'ai grandi en Californie du Sud.

Jeroen :

Oh. D'accord. Alors, dois-je imaginer la région de Los Angeles ?

Randy :

Oui, oui. En gros, j'ai vécu dans la région de Los Angeles à l'âge adulte, mais j'ai grandi juste au sud du comté de Los Angeles, dans le comté d'Orange, comme vous le savez. C'est à 30-40 minutes au sud de Los Angeles.

Jeroen :

Vos parents sont-ils des entrepreneurs ou que font-ils exactement ?

Randy :

Les parents, donc des mathématiciens en quelque sorte, en termes de mathématiques et d'ingénierie.

Randy :

Ce sont des gens qui travaillent dans le domaine des mathématiques et de l'ingénierie. Mais ils se concentrent, je dirais que mon père est un peu similaire à moi dans le sens où il a passé la majeure partie de sa carrière à l'intersection de l'ingénierie et de l'entreprise. Il a commencé par l'ingénierie, puis il s'est lancé dans les affaires en travaillant dans la logistique. La partie ingénierie de la logistique est liée à la réfrigération et à la manière de maintenir les produits pharmaceutiques et alimentaires à la bonne température lors de leur transport. Il y a donc toute la partie électrotechnique qui consiste à savoir comment les refroidir à la bonne température, et ce genre de choses. Je pense qu'il s'est beaucoup concentré sur cet aspect. Ma mère est plus matheuse et plus scientifique. Elle est plutôt du genre éducatrice et enseignante.

Jeroen :

Je vois donc que vous avez en quelque sorte suivi les traces de votre père, mais à une époque différente.

Randy :

Oui, oui. C'est un équilibre intéressant entre ce que j'ai pris de chacun d'eux. Je dirais que mes deux parents ont eu un impact sur moi et je pense vraiment que j'ai suivi les traces de mon père. Évidemment, je ne suis pas dans la logistique, mais nous avons des entreprises de logistique qui construisent des estimateurs sur Outgrow, et j'ai l'occasion de travailler avec eux sur l'aspect mathématique, et c'est cool. Je pense donc que, d'une manière assez amusante, j'y suis exposé.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. Lorsque vous avez commencé à vous intéresser aux startups, à l'industrie du développement d'applications mobiles et que vous avez lentement commencé à développer Outgrow, qui sont les personnes qui vous ont inspiré à ce moment-là ? Lisez-vous des livres, des blogs et tout ce genre de choses ?

Randy :

J'ai donc eu quelques mentors, je dirais, que j'ai connus au hasard d'événements. J'ai eu quelques mentors, je dirais, que j'ai connus au hasard des événements, qui m'ont encouragé à rester actif, à sortir et à aller à des événements, à ne pas passer tout mon temps dans mon appartement et à essayer d'interagir. Je pense que ce conseil m'a été très utile, car pendant cette période, j'ai beaucoup appris sur les entreprises. Mais j'ai aussi eu des mentors pour me guider. Je pense qu'il y a un large éventail de mentors différents que j'ai rencontrés en personne. Des personnes que votre public pourrait connaître, je dirais qu'il y a une startup qui s'appelle Yodle. L'un de ses cofondateurs était un mentor très proche, et il m'a beaucoup aidé. Il s'appelle Kartik Hosanagar et il nous a beaucoup aidés. Il nous a surtout aidés et encouragés dans les premiers temps. Évidemment, je suis très proche de mon cofondateur, et nous nous encourageons beaucoup l'un l'autre, et nous nous poussons mutuellement.

Randy :

Et puis Adam Grant était un de mes professeurs lorsque j'étais à l'université. Il m'a beaucoup aidé. Surtout en validant, en nous aidant en quelque sorte, vous savez quoi, je vais vous aider en vous présentant à des personnes compétentes. Je pense qu'il est utile d'avoir ces validations de la part de personnes de haut niveau, surtout pour les premiers clients. Parce que les premiers clients étaient comme, vous n'avez pas un grand ensemble d'études de cas. Ce sont les premiers. Il s'agit donc essentiellement d'une démarche personnelle. Vos premiers clients se disent : " J'ai confiance en vous en tant que personne ", parce que le traditionnel " envoyez-moi toutes les études de cas, tous les exemples, toutes les mesures et tous les retours sur investissement ", vous ne l'avez pas. Je pense donc qu'un lien personnel est essentiel. Je pense qu'il s'agit là de types très importants au début.

Jeroen :

Définitivement. Qui a été votre premier client pour Outgrow ?

Randy :

Nos premiers clients étaient des entreprises de notre marché. C'était un peu plus facile, j'ajouterais pour être honnête, parce que vous avez déjà un ensemble de clients qui vous font confiance et avec lesquels vous avez travaillé, alors nous les avons achetés. Il s'agit donc essentiellement d'entreprises qui avaient une application de télémédecine, des paiements en ligne pour le peer to peer, la gestion des opérations hôtelières. Des choses comme ça. Elles étaient présentes sur le marché. Elles nous utilisent pour trouver des équipes logicielles et travailler sur des équipes logicielles. Il est alors plus facile de les faire entrer dans l'activité d'Outgrow, et nous nous en sommes inspirés.

Jeroen :

D'accord. Mais s'agissait-il de votre tout premier client dont vous parliez tout à l'heure ? Comme les tout premiers.

Randy :

Dans le secteur des places de marché, les premières fois, il y avait un homme que nous avions rencontré lors d'un événement, mon cofondateur et moi, et qui était en train de créer une application mobile de rencontres. Nous l'avons rencontré lors d'un événement. Un autre gars qui construisait, qui avait une idée pour une application de soins infirmiers, une application pour les infirmières. Nous nous sommes rencontrés par le biais d'une présentation. Une autre personne que nous avons également rencontrée lors d'un événement était en train de créer une application iPad pour les personnes atteintes d'une maladie très spécifique qui rend difficile l'apprentissage de l'écriture. Il s'agit d'un syndrome appelé FOXG2, dont sa fille était atteinte. Il a donc été confronté à cette maladie et a constaté les difficultés d'apprentissage de l'écriture, ainsi que la manière d'enseigner à quelqu'un qui est porteur de ce handicap spécifique. Il a donc voulu créer une application iPad qui corrige automatiquement et s'adapte à ce type de handicap. Il s'agit d'un cas d'utilisation très spécifique. Mais ce fut une expérience très intéressante à l'époque où l'iPad venait tout juste d'être lancé.

Jeroen :

Oui, je m'en souviens aussi. C'était une grande époque. Je travaillais dans un cabinet de conseil en marketing pour l'industrie pharmaceutique. Et tout d'un coup, la scène a explosé. Tous les représentants devaient avoir des iPads, et nous devions fournir des produits pour cela. Une nouvelle industrie gigantesque a vu le jour à ce moment-là. C'était super cool.

Randy :

Oui, c'est vrai. C'est certain.

Jeroen :

Oui, ça a dû être cool d'être au milieu de tout ça. Quelle est exactement votre vision d'Outgrow ? Où voulez-vous l'emmener ? Quel type d'entreprise voulez-vous créer ?

Randy :

C'est une question profonde, très profonde. C'est une question profonde, très profonde. Je pense que notre rôle est d'aider les entreprises à mieux acquérir des clients, mais aussi à établir une relation de confiance avec eux. Il ne s'agit donc pas seulement d'acquérir des clients. Je pense qu'il s'agit aussi de les aider, ce qui est une stratégie très intéressante que de plus en plus d'entreprises vont continuer à mettre en œuvre. Je pense que c'est une capacité unique de dire : "Vous savez quoi, avant que vous ne nous payiez quoi que ce soit, nous allons établir une relation de confiance avec vous. Nous allons vous aider d'une manière ou d'une autre. Nous vous apprendrons peut-être comment améliorer vos ventes. Nous vous apprendrons peut-être à améliorer votre marketing. Nous pourrions vous donner des informations".

Randy :

Je pense que ce type d'expérience, qui consiste à établir la confiance avec les clients avant même qu'ils ne vous paient, est essentiel dans un monde où les clients ont tant d'options. Il est difficile de se demander quelle est la différence entre Salesforce et X, Y ou Z. Je pense que ce type de défi est une question courante que se posent les décideurs, et plus vous pouvez faire pour établir cette confiance, plus je pense que c'est essentiel. Nous avons donc tendance à nous situer à mi-chemin et notre objectif est de continuer à donner aux spécialistes du marketing les moyens d'en faire plus. Construire des flux plus personnalisés, plus éducatifs, plus intéressants. Et qui, évidemment, aident l'entreprise à mieux convertir les gens de l'intérêt ou du visiteur à l'acheteur. Voilà donc les points sur lesquels nous nous concentrons. Nous construisons essentiellement un ensemble d'outils pour aider les spécialistes du marketing à améliorer ces aspects.

Jeroen :

Vous voyez-vous diriger cette entreprise pendant encore deux ans, cinq ans, dix ans, et où voulez-vous l'emmener ?

Randy :

Oui, je pense que j'aime vraiment ça. C'est différent. Chaque année est différente. Je pense même que tous les six mois, c'est différent, mais j'aime bouger et changer au fur et à mesure que l'entreprise évolue, que nos clients évoluent, que l'équipe évolue. Il n'y a pas que les nouveaux venus, il y a aussi les membres de l'équipe en place qui grandissent et veulent relever de nouveaux défis. Il y a tellement de choses intéressantes à apprendre, et c'est un peu différent des premiers jours ou des premiers jours où nous essayions simplement de réfléchir à la manière de faire décoller ce projet. Ce qui est un défi. C'est un problème différent, mais j'aime ça.

Randy :

En ce qui me concerne, j'aime ce que je fais. Je me vois donc continuer à l'exploiter et à la diriger dans un avenir prévisible. En ce qui concerne le nombre d'années, le nombre exact d'années, je ne suis pas le genre de personne qui dit : "Je vais faire ça pendant quatre ans, et après quatre ans, voilà ce qui va se passer". Parce qu'il y a tellement d'incertitudes. Il y a tellement de variables et d'incertitudes qui peuvent se développer au fil du temps, mais dans un avenir prévisible, je me vois continuer à opérer.

Jeroen :

Oui. Que faites-vous actuellement au sein de l'entreprise ?

Randy :

Je me concentre sur quelques points. Les RH, le recrutement sont importants. Je passe donc beaucoup de temps à y réfléchir. En particulier, il ne s'agit pas seulement de savoir de qui nous avons besoin aujourd'hui, mais de qui nous aurons besoin dans les six prochains mois. Nous passons beaucoup de temps à recruter. Nous passons également beaucoup de temps sur le produit. Que pouvons-nous faire pour améliorer le produit ? Le plus grand défi pour nous aujourd'hui, c'est que les clients qui utilisent le produit dans de nombreux secteurs d'activité ont des besoins très différents. Le volume des demandes de fonctionnalités que nous recevons est insensé.

Randy :

Il devient donc très difficile, et très accablant, de se dire : "D'accord, quelle est la meilleure façon d'établir des priorités ?" Ensuite, même si beaucoup de gens adorent notre produit parce qu'il est si puissant, il y a le défi des nouveaux clients qui viennent d'arriver. Nous voulons aussi leur faciliter la tâche. Les personnes qui nous accompagnent depuis le début ont vu le produit grandir et évoluer. De leur point de vue, c'est comme si "oh, tout est logique" parce qu'ils ont vu les fonctionnalités s'ajouter au fil du temps. Mais pour un nouveau venu, comment faire pour que le produit reste simple, n'est-ce pas ? Nous ne voulons pas que les gens arrivent sur l'outil en se disant : "Oh, c'est juste parce que c'est pour les docteurs en maths". Mais il y a des fonctionnalités ou des caractéristiques pour lesquelles les titulaires d'un doctorat nous utiliseront pour créer certaines recherches, comme certains rapports et certaines choses.

Randy :

Nous disposons donc de cette capacité supplémentaire. Mais la plupart des spécialistes du marketing ne sont pas des matheux. Nous devons donc nous assurer que c'est très intuitif et facile pour eux lorsqu'ils créent quelque chose. Même s'il s'agit simplement d'un chat bot. Il faut leur faciliter la tâche tout en leur donnant du pouvoir. Cet équilibre est un véritable défi. Il faut donc vraiment penser aux produits de ce point de vue, je pense. Je passe pas mal de temps sur ce sujet également.

Randy :

Le troisième aspect auquel je consacre du temps varie d'une semaine à l'autre. L'équipe marketing peut avoir un podcast comme celui-ci et dire : "Hé, pouvez-vous participer à ce podcast ?" Il peut donc s'agir d'une aide au marketing. J'assiste à un grand nombre d'événements, et cela a évidemment été mis de côté. Mais c'est quelque chose que j'avais l'habitude de faire. Je pense que tout le monde a arrêté de faire des événements, donc cela a diminué. Donc, oui, cela varie. Et parfois, on m'attire au hasard. C'est du genre : "Oh, il y a un client avec qui j'ai une relation ou que je pourrais connaître." Et alors, je suis entraîné dans une affaire de vente ou une discussion de vente.

Jeroen :

C'est donc principalement sur le produit et les ressources humaines que vous passez le plus de temps.

Randy :

Ce sont les deux choses qui sont cohérentes. Oui, elles sont cohérentes. Et puis il y a les autres. L'autre type de 20% est variable.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. Ce que vous avez dit à propos de l'établissement des priorités est intéressant. Vous avez beaucoup de fonctionnalités, beaucoup de types de clients différents sur votre logiciel et vous devez aussi, d'un autre côté, le garder simple. Comment se présente le système que vous avez mis en place chez Outgrow pour hiérarchiser les fonctionnalités et voir comment elles s'intègrent ? Quel poids accordez-vous, par exemple, aux nouveaux clients par rapport aux clients existants, entre les différents types de clients ? Et entre les différents types de fonctionnalités ? Il peut s'agir de petites améliorations ou de fonctionnalités importantes. Comment abordez-vous toutes ces questions ?

Randy :

C'est la grande question à laquelle nous essayons de réfléchir en permanence. C'est la grande question à laquelle nous essayons constamment de réfléchir. Je pense que chacun a sa propre façon de procéder. Ce que nous essayons de faire, c'est d'abord d'examiner le volume des demandes. Par demande, il est évident qu'il y a un grand nombre de demandes différentes, mais il y a aussi des demandes répétées, n'est-ce pas ?

Jeroen :

Mm-hmm.

Randy :

Nous recevons donc ce type de demandes de la part d'entreprises qui souhaitent avoir cinq graphiques apparaissant à différents moments du contenu. Nous recevons donc ce type de demandes. Mais nous savons aussi que si l'on peut avoir autant de graphiques différents qui se chargent tout au long du contenu, quel est l'impact sur la vitesse de chargement ? Quel est l'impact sur les performances ? Si vous avez une unité publicitaire qui envoie quelqu'un vers ce contenu et que vous avez tous ces graphiques, quel est l'impact ? N'est-il pas préférable d'avoir quelques graphiques plutôt que d'en faire trop ? Il y a donc tous ces défis différents en termes de flexibilité que vous voulez donner à quelqu'un. Mais il faut aussi que ce soit facile.

Randy :

Je pense que ce que nous essayons de faire, c'est d'abord de nous dire : "D'accord, est-ce que c'est quelque chose que beaucoup de clients ont demandé ?" C'est ce que tout le monde regarde probablement. C'est donc ce que nous examinons. Ensuite, nous nous demandons si, en cas de mise en œuvre, cela aurait un impact sur notre expérience d'essai, sur l'expérience des nouveaux utilisateurs. C'est le premier point, et le deuxième, quel sera l'impact sur les taux de conversion et les publicités ? Et le trafic organique vers ce contenu.

Randy :

Il y a donc des choses que certaines personnes veulent faire, comme des vidéos en haute définition sur chaque page. Pour un contenu basé sur des publicités, ce n'est pas une bonne idée, car ces vidéos lourdes ne se chargeront pas aussi bien, en particulier sur les publicités mobiles. Ce n'est donc probablement pas ce qu'il faut faire. Mais si vous le faites sur votre blog, qu'il s'agit d'un trafic organique et que vous avez déjà établi une certaine confiance avec eux, alors ces vidéos peuvent avoir du sens. De notre point de vue, il s'agit donc de savoir si nous voulons les limiter ou non. Ces vidéos ont-elles un sens par rapport à notre objectif principal, à savoir les spécialistes du marketing numérique et les spécialistes du marketing de contenu ?

Randy :

Ce sont nos deux principaux utilisateurs. Évidemment, comme vous le savez probablement, il y a des gens qui utilisent votre produit d'une manière que vous n'aviez pas prévue. Ainsi, nous avons des gens qui viennent et qui ont un produit de commerce électronique complet ou un moteur de conditions avec notre outil, mais ils ont aussi un large éventail d'autres flux qu'ils ont pu construire avec notre logiciel. Ils peuvent donc venir avec certaines demandes que nous avons vues. Nous devons alors prendre une décision. Avons-nous suffisamment d'entreprises de commerce électronique avec ces demandes spécifiques sur la manière de gérer les paniers abandonnés ? En avons-nous assez pour dire : "Nous allons le faire" ?

Randy :

Nous devons donc réfléchir à ces trois questions : recevons-nous beaucoup de demandes de ce type ? Quel sera l'impact sur la vitesse et la fiabilité du logiciel et sur sa facilité d'utilisation ? Enfin, la troisième question est de savoir si cela correspond à l'essentiel de ce pour quoi nous sommes construits. Ce sont les trois premières choses, et il y aura des moments où nous dirons : " Vous savez quoi, nous n'avions pas prévu ce cas d'utilisation à l'origine, mais c'est un cas d'utilisation vraiment cool, et nous pensons que c'est la bonne chose à ajouter. " Et c'est ce que nous ferons.

Jeroen :

Comment ces trois facteurs se combinent-ils ? Faut-il d'abord regarder le volume et décider ensuite des deux autres facteurs ?

Randy :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Et comment se combinent-ils en un seul chiffre, ou s'agit-il de plusieurs éléments que vous examinez ensemble ? Je veux dire qu'il est difficile d'établir un classement si vous ne pouvez pas le ramener à un seul chiffre, n'est-ce pas ?

Randy :

C'est vrai. Oui, exactement. Oui, tout à fait. Cela commence donc par le nombre de demandes des clients. Si vous avez beaucoup de clients qui vous disent qu'ils veulent pouvoir faire quelque chose - par exemple, la première version de notre produit n'offrait pas de paiement. Nous avons fait beaucoup de clients parce que nous avons dit que notre cas d'utilisation était qu'il fallait établir une relation de confiance avec quelqu'un avant de le faire payer. C'est pourquoi nous n'avons pas proposé de paiement. Puis, très tôt, les gens ont dit : " Non, non, non, nous voulons des paiements. " Nous avons donc ajouté les paiements. Ils sont arrivés avec de très bons cas d'utilisation pour les paiements. Puis les gens ont dit : " Oh, nous ne voulons pas seulement des frais, nous voulons de la facturation ".

Randy :

Nous voulons pouvoir mettre quelqu'un sur un abonnement. Nous avons donc ajouté cette option. Nous nous intégrons en quelque sorte à certaines sociétés de facturation et de paiement. Ensuite, les gens nous ont dit : "Lorsque quelqu'un atteint la page de résultats, nous voulons lui montrer un résultat, mais nous voulons aussi lui montrer un PDF." Ils obtiennent donc la page de résultats gratuitement. S'ils veulent obtenir un rapport PDF détaillé, ils doivent payer. D'accord, c'est quelque chose que nous nous demandions : " Oh, comme un rapport PDF complet. Allons-nous créer un générateur de rapports PDF complets ?" Nous nous sommes donc abstenus parce que nous nous sommes dit : "Oh, nous n'avons pas beaucoup de demandes de ce genre."

Randy :

Puis, au fur et à mesure que les demandes de PDF se multipliaient, nous nous sommes dit : " D'accord, nous commençons à comprendre pourquoi les gens veulent faire cela ". Ils veulent établir la confiance, vous voyez la page de résultats, si vous aimez les résultats généraux, et vous voulez voir une plongée plus profonde dans la façon dont vous pouvez améliorer votre SEO ou la sécurité du logiciel de votre entreprise ou autre, alors vous facturez pour le PDF. C'était logique, nous l'avons donc ajouté. Puis, au fil du temps, les gens se sont demandé s'ils pouvaient ajouter toutes ces choses au PDF. Et nous nous sommes dit : "D'accord, attendez, attendez, attendez." Il faut trouver un équilibre entre la quantité de fonctionnalités que nous allons ajouter à chaque chose en fonction de l'époque à laquelle nous nous trouvons, et la complexité de la chose.

Randy :

Il s'agit donc bien d'abord du volume de demandes. Ensuite, c'est une question de timing : est-ce le bon moment pour nous, parce que nous avons déjà d'autres choses sur lesquelles nous travaillons ? C'est pourquoi nous avons retardé l'option PDF. Puis, au fil du temps, nous l'avons ajoutée. Aujourd'hui, notre fonction PDF est très performante. Mais je suis sûr qu'une entreprise qui se concentre uniquement sur le PDF sera meilleure que nous, du moins pour l'instant. Il y a donc certaines choses sur lesquelles nous devons prendre des décisions. C'est du genre : " D'accord, voici les éléments avec lesquels nous allons nous intégrer. Et voici les choses que nous allons construire." Et un autre aspect de la décision que nous prenons est : "C'est un cas d'utilisation vraiment cool. Nous le voyons souvent, mais cela n'a pas de sens pour nous de le reconstruire à partir de zéro. Il faut donc l'ajouter ou l'intégrer à des outils qui en sont dotés".

Jeroen :

Avez-vous des processus de décision établis à ce sujet ou examinez-vous simplement tous ces éléments au cas par cas ?

Randy :

En ce qui concerne la formule permettant d'établir les priorités ?

Jeroen :

Avez-vous une formule ou une façon de décider ? Je comprends tous les facteurs qui entrent dans l'équation. Mais si vous avez un tel volume de demandes de fonctionnalités, vous avez dû, d'une manière ou d'une autre, ou peut-être pas, construire un système pour cela ?

Randy :

Nous disposons d'un système de classement basé sur le volume. Nous disposons d'un système de tri naturel basé sur le volume. Il s'agit donc du volume de demandes d'une fonctionnalité spécifique. Par exemple, la fonction X a été demandée 12 fois. Une fois que nous disposons de ces données et que nous les avons triées, la partie suivante, qui consiste à choisir parmi celles qui offrent le plus d'options, est davantage une discussion basée sur un certain nombre de variables. C'est une discussion au sein de l'équipe produit. Il y a des chiffres sur cette partie, puis la partie suivante est plus une discussion sur un certain ensemble de critères que j'ai mentionnés. Ce n'est donc pas formulé après cela.

Jeroen :

J'ai compris. On dirait que vous aimez beaucoup l'aspect produit de l'entreprise. Est-ce la principale compétence que vous apportez ou est-ce ce qui vous donne de l'énergie ?

Randy :

Cela me donne beaucoup d'énergie. J'aime réfléchir à des cas d'utilisation et à des applications intéressantes. Cela me procure également beaucoup de joie. Parfois, je pense que la première chose qui m'apporte de la joie est de voir une entreprise utiliser le produit d'une manière que nous n'avions pas prévue, et d'avoir des cas d'utilisation vraiment, vraiment sympas. Je pense que c'est vraiment génial. Certaines entreprises ont des flux assez complexes qu'elles élaborent avec notre outil et elles font des choses d'une manière que nous n'avions pas imaginée. Mais ils exécutent ensuite un script personnalisé et un code personnalisé ici et là, et ils ont alors ce flux qui est vraiment cool.

Randy :

Par exemple, un abonnement pour un chien. Le nombre de chiens et de chats que vous possédez et les types d'aliments que vous devez leur donner en fonction de leurs allergies sont très complexes. Il y a tellement de variables que nous n'avons pas beaucoup d'expérience sur le marché des aliments pour chiens. Mais ensuite, on voit des clients qui arrivent et qui ont un flux incroyable qu'ils ont réussi à développer avec notre produit. C'est ce que j'apprécie vraiment. J'aime vraiment voir ce qu'ils produisent, et parfois nous nous penchons sur la question. C'est une autre chose qui nous fait dire : "Oh, c'est un cas d'utilisation vraiment cool." Mais comme notre produit n'est pas conçu pour cela, ils doivent faire beaucoup de travail pour que cela fonctionne. Nous pouvons alors prendre une décision et dire : "Bon, si d'autres personnes veulent aussi cela, comment pouvons-nous leur faciliter la tâche ?" C'est donc quelque chose qu'ils n'ont pas demandé, mais que nous voyons et nous disons : "Vous savez quoi, rendons cela plus facile."

Randy :

Des choses comme des gens qui entrent dans le flux et qui veulent ensuite l'intégrer. Par exemple, quelqu'un passe par le flux et veut programmer un appel. L'entreprise utilise alors un logiciel d'appel. Et l'entreprise, évidemment, a un CRM. Ils se disent donc : " D'accord, nous voulons exécuter ce processus pour l'acheminement des prospects. Nous voulons exécuter ce processus pour notre planification d'appels. Nous voulons exécuter ce processus pour ceci, et nous voulons que tout se passe de manière native ". Et donc, comment pouvons-nous faire en sorte que le flux soit fluide, de sorte que si votre objectif principal n'est pas seulement d'acquérir le lead, mais aussi de planifier un appel ou d'ajouter quelqu'un, d'assigner quelqu'un au bon lead, ce sont toutes les choses qui seront faciles à faire sans nécessiter beaucoup de travail pour l'intégration.

Jeroen :

Oui, c'est très bien. Eh bien, à part construire le produit chez Outgrow et s'occuper des RH et des choses que vous avez mentionnées, qu'est-ce que vous aimez faire ? Que faites-vous quand vous ne travaillez pas ? Qu'est-ce qui vous donne de l'énergie en dehors du travail ?

Randy :

J'aime faire du sport. Principalement le basket-ball et le tennis. J'aime marcher, faire des randonnées, et puis je fais beaucoup de danse. Comme le hip hop.

Jeroen :

Il y a donc beaucoup de choses physiques en dehors du travail.

Randy :

Oui, c'est vrai. Ma façon de trouver un équilibre, c'est que je passe beaucoup de temps assis devant mon ordinateur, comme vous le faites sans doute aussi. C'est le cas de la plupart des gens qui travaillent dans la technologie. Nous passons plus de temps devant l'ordinateur que ce que l'évolution nous a permis de faire. En ce qui me concerne, je dois trouver des moyens de me pousser à être actif et à ne pas rester assis devant un ordinateur toute la journée.

Jeroen :

Vous vivez seul ou vous avez une femme et des enfants ou une petite amie ?

Randy :

J'ai un appartement de deux chambres et je vis avec mon frère.

Jeroen :

Tu vis avec ton frère, c'est cool.

Randy :

Oui, c'est plutôt cool. Je n'ai pas de femme ni d'enfants.

Jeroen :

Non.

Randy :

Pas encore. Je n'ai pas de femme ni d'enfants.

Jeroen :

Ou vous n'allez pas les obtenir ?

Randy :

Comme je l'ai dit, il s'agit avant tout de trouver la bonne personne et d'être à la bonne étape à ce moment-là. Ce sont les éléments les plus importants. Le monde des startups vous fait perdre beaucoup de temps, mais pour la bonne personne, il faut y consacrer du temps. Je pense donc qu'il est difficile de nouer une relation et d'y réussir, surtout au début de l'entreprise. Mais je pense qu'après les premières années, une fois que vous avez la tête hors de l'eau, je pense que c'est faisable. Il suffit de trouver la bonne personne.

Jeroen :

C'est certain. Vous êtes basé à San Francisco en ce moment ?

Randy :

Oui. San Francisco, oui.

Jeroen :

Si j'ai bien compris, vous êtes à San Francisco, mais une grande partie de l'entreprise se trouve également à Delhi, en Inde, n'est-ce pas ?

Randy :

Oui, exactement. Nous sommes une équipe assez internationale. Il est évident que nous avons une forte présence aux États-Unis. Nous sommes également présents en Inde et en Europe.

Jeroen :

Où êtes-vous basé en Europe ?

Randy :

Europe, Prague et Berlin.

Jeroen :

Prague et Berlin, d'accord.

Randy :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Il s'agit des développeurs ou de l'équipe produit ?

Randy :

Nous avons les ventes, le succès auprès des clients et le marketing créatif.

Jeroen :

D'accord. C'est bien. Et le lien entre San Francisco et Delhi. Si je l'ai bien vu, c'est parce que votre cofondateur et vous-même avez étudié ensemble en Pennsylvanie.

Randy :

Bon travail. Vous avez réussi. C'est une bonne prise, oui.

Jeroen :

Il est maintenant de retour à Delhi. Je suppose que vous avez une grande partie de l'équipe de développement là-bas. Vous avez vous-même quitté la côte Est pour revenir sur la côte Ouest.

Randy :

C'est exact. C'est vrai. Nous sommes restés sur la côte Est pendant un certain temps. Philadelphie principalement, puis New York pendant un certain temps et enfin l'Ouest. Ce sont deux côtes formidables. L'une est un peu plus chaude que l'autre, mais ce sont toutes deux de très bonnes côtes.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Randy :

Je ne déteste donc ni la côte Est ni la côte Ouest. J'ai eu une très bonne expérience des deux côtés.

Jeroen :

Cool.

Randy :

Oui, oui.

Jeroen :

Nous terminons lentement. J'en viens à certains apprentissages. Quel est le dernier bon livre que vous avez lu, et pourquoi avez-vous choisi de le lire, ou vous ne lisez pas de livres, parce que c'est possible aussi ?

Randy :

Je le fais. À titre professionnel ou personnel ?

Jeroen :

Les deux sont parfaits.

Randy :

Je dirais pour les affaires. J'aime beaucoup de choses fondamentales qui durent dans le temps. Ainsi, beaucoup de choses de Peter Drucker, Managing Oneself. Je suis un grand fan de ses concepts, je pense qu'ils résistent à l'épreuve du temps. Ces principes de gestion et ces principes commerciaux. D'un point de vue personnel, je suppose que cela dépend de ce que les gens vivent, mais pour moi, beaucoup de choses que j'aime lire ou apprendre sont des moyens de rester en bonne santé et de rester actif.

Randy :

Je lis donc des ouvrages comme celui d'Arianna Huffington, qui parle de son expérience de surmenage. Je crois que le livre s'appelle Thrive. C'est un bon livre pour les gens qui travaillent dur, ce qui est le cas de beaucoup de gens dans l'industrie technologique, et dans beaucoup d'autres industries aussi. Elle travaille donc dans l'édition, et je pense que c'est une bonne chose. C'est un bon point de vue sur l'importance de l'équilibre et sur l'importance de s'assurer qu'il n'est pas nécessaire de dormir quatre heures par jour. Il n'est pas nécessaire de ne faire que travailler. Il est possible de bien travailler tout en dormant et en profitant de son temps. Je pense que c'est un bon équilibre pour beaucoup de gens, dans tous les secteurs d'activité, mais surtout pour les entrepreneurs qui, à mon avis, en font trop, y compris moi-même parfois. Je passe trop de temps à travailler.

Jeroen :

Quelle est la principale chose que vous avez changée après avoir lu le livre ?

Randy :

J'essaie de méditer et je fais aussi pas mal d'étirements, surtout le matin. J'avais l'habitude de dire : "Oh, je vais juste faire une méditation de trois minutes le matin." C'est ce que je faisais. J'aimais bien les trois minutes, parce que je ne pouvais pas dire non à une méditation de trois minutes. J'ai fait en sorte que ce soit très simple au départ. La raison pour laquelle j'ai fait ça, c'est que les premières méditations de 20 minutes, je me disais : "Oh, 20 minutes. C'est une si grande partie de la matinée, et je ne pense pas que ce soit une bonne façon de commencer." J'ai fini par ne plus continuer à le faire. J'ai donc commencé à faire trois minutes. Après le livre, je me suis dit : "Tu sais quoi, je vais essayer de faire 10 minutes." Je pense que j'ai fait trois minutes pendant assez longtemps pour m'en tenir à dix minutes. J'ai donc commencé à faire 10 minutes le matin.

Randy :

L'autre chose que j'essaie de faire, c'est d'être un peu plus conscient de mon état émotionnel. Je pense qu'il est parfois difficile de se dire : "Qu'est-ce que mon corps fait en ce moment ? Pourquoi mon corps réagit-il d'une certaine manière ?" J'essaie d'en être plus consciente. C'est une autre chose, et puis je m'assure que je m'étire et que je reste active, parce que c'est aussi bon pour ma santé mentale.

Jeroen :

Quelle est la zone d'étirement ? Les muscles du cou ou l'ensemble du corps ?

Randy :

J'aime étirer tout mon corps. J'aime les hanches. J'aime les fléchisseurs de la hanche. Puis le haut du dos et la nuque.

Jeroen :

Je l'ai.

Randy :

Il s'agit de choses courantes que l'on fait en yoga.

Jeroen :

Oui. J'ai aussi commencé à faire du stretching il y a trois ans ou quelque chose comme ça. Je ne me souviens plus.

Randy :

Oh, super.

Jeroen :

Oui, c'est parce que tout était coincé. Tout mon cou et mon dos. J'ai dû aller chez le kinésithérapeute, faire beaucoup de séances, et ils m'ont appris à m'étirer pour ne pas avoir de douleurs, et je le fais encore à peu près tous les matins.

Randy :

C'est très bien.

Jeroen :

Surtout lorsqu'il commence à se crisper. Cela permet également d'éviter les maux de tête.

Randy :

Oui, oui.

Jeroen :

Vous commencez à souffrir de céphalées de tension.

Randy :

Oui, c'est vrai. Pour moi, il y a tellement de nœuds qui peuvent apparaître dans le haut du dos, dans la nuque, que j'essaie aussi d'optimiser mon siège. J'essaie d'optimiser mon siège, ma façon de m'asseoir et de travailler. Mais nous passons tellement de temps dans la même position qu'il est fou de penser au nombre d'heures que nous passons probablement sur la chaise sur laquelle nous travaillons. Donc, oui, je pense que les étirements sont vraiment tout ce qui vous permet de vous sentir mieux, je pense que les gens devraient les essayer. Et je pense que pour moi, il s'agissait de commencer par quelque chose de réalisable. Commencer par trois minutes est réalisable. On peut donc commencer par une minute ou trois minutes de méditation, une minute d'étirement. Je pense que tout le monde peut dire que quatre minutes, c'est possible. Une fois que vous avez commencé, cela vous donne un point de départ.

Randy :

Je pense que ce qui est bien aujourd'hui, c'est que la plupart des gens qui travaillent à domicile ont économisé le temps de trajet entre leur domicile et leur lieu de travail. Ils devraient partir du principe qu'ils ont toujours ce temps de trajet, mais qu'au lieu de faire la navette et de conduire, ils devraient le consacrer à l'expérimentation. Il n'est pas nécessaire que ce soit ce que nous faisons. Ils peuvent faire d'autres choses qui leur conviennent, qui les rendent heureux, qui leur plaisent. Mais je pense que c'est une bonne façon de commencer. Il suffit d'essayer. Se dire "d'accord, je vais essayer de faire quelque chose". C'est comme si j'avais 10 minutes, alors je vais essayer de faire quelque chose. Par exemple, on peut dire qu'il faut dormir cinq minutes en prime, puis essayer de faire quelque chose pendant cinq minutes.

Jeroen :

Oui, j'aime l'idée de faire trois minutes de quelque chose. Je crois que j'ai lu cela dans le livre Atomic Habits.

Randy :

Oh, oui, oui. C'est aussi un bon livre.

Jeroen :

Oui, en ne faisant que quelques minutes, puis une fois que vous avez commencé, vous pouvez commencer à en faire plus. Je pense que Headspace recommande de faire 10 minutes de méditation. Bien sûr, 20 minutes, c'est plus. Si vous pouvez faire 10 minutes, c'est quelque chose que vous pouvez facilement suivre.

Randy :

Oui. Le succès de la méditation ne signifie pas que l'esprit n'est jamais distrait. La réussite de la méditation signifie que vous remarquez que votre esprit se distrait. Votre esprit sera distrait, mais vous êtes capable de le remarquer et de le ramener. Parfois, il faut un certain temps pour s'en rendre compte. Parfois, ce n'est pas le cas. Je pense donc que l'essentiel est d'aborder la méditation sans se dire : "Oh, je dois réussir, et la réussite signifie que l'on ne se laisse jamais distraire."

Randy :

Ainsi, après dix minutes de méditation, il est très difficile de ne pas se laisser distraire, surtout au début. Je pense qu'il ne s'agit pas de se dire "Oh, il faut que je réussisse, il faut que je réussisse à méditer". Je dois réussir à méditer." Et puis, le simple fait de penser que je dois réussir la méditation vous fait échouer ou vous distrait. Et je n'aime pas le concept de succès ou d'échec dans la méditation. Je pense donc que c'est quelque chose que beaucoup de gens font. Pour beaucoup de personnes à qui j'ai parlé, c'est la raison pour laquelle elles ne s'accrochent pas. Ils ne s'y tiennent pas. Et je pense, je ne sais pas, je recommande d'essayer de s'y tenir en commençant par trois minutes, puis en augmentant avec un peu de chance jusqu'à 10. Mais commencez par trois minutes pendant un certain temps avant de passer à autre chose.

Jeroen :

Oui, c'est un bon conseil. En parlant de bons conseils, dernière question, si vous deviez recommencer avec Outgrow, que feriez-vous différemment ?

Randy :

Si je devais recommencer avec Outgrow, que ferais-je différemment ? Eh bien, je pense que nous aurions pu faire beaucoup de choses sur le plan technique. Sachant où le produit allait être aujourd'hui, je pense que nous aurions pu faire beaucoup de choses techniquement pour nous faciliter la tâche. Mais je pense que c'est quelque chose que tous les éditeurs de logiciels diraient.

Randy :

Qu'est-ce que je ferais différemment ? Je dirais qu'il y a beaucoup de choses que nous avons apprises, surtout dans la première entreprise. En effet, on apprend des choses à chaque étape. Les éléments clés sont évidemment l'embauche. Les erreurs de recrutement sont très coûteuses dès le début. C'est pourquoi tout le monde, je pense, je ne sais pas, beaucoup de gens font cette erreur, mais ils devraient penser à mettre en place un processus d'entretien d'embauche. Il ne s'agit pas de se concentrer uniquement sur l'intelligence. Il ne s'agit pas seulement de cela. L'intelligence n'est qu'un élément.

Randy :

Je pense donc à le faire plus tôt. Des processus de recrutement appropriés, des vérifications de références adéquates. Je pense que les premiers temps, nous n'avions pas cela. Surtout pour la première entreprise, nous n'avions aucune expérience en matière d'embauche. Il s'agissait donc simplement de savoir si la personne nous plaisait. "La question de savoir si la personne vous plaît est très différente de celle de savoir si elle vous convient. Il y a la sympathie, il y a l'intelligence et il y a une troisième composante, qui est la discipline et le dévouement. On peut donc aimer quelqu'un. Elle peut être intelligente, mais si elle n'a pas de discipline et de dévouement pour la chose spécifique que vous faites, cela ne fonctionnera pas. Elle peut être disciplinée et dévouée au basket-ball ou à autre chose, mais pas à ce que vous faites.

Randy :

Et s'ils n'ont pas cette passion, ce dynamisme ou cette discipline pour ce que vous faites, cela ne fonctionnera pas. Je pense donc que cette troisième composante, je ne sais pas si nous ne l'avons pas appréciée à sa juste valeur. Nous ne l'avons pas inclus à l'époque. Nous nous sommes simplement dit : "Wow, cette personne est intelligente, elle est amusante, et nous aimons prendre une bière ou passer du temps ensemble". Ce n'est pas suffisant. Je pense donc qu'il serait formidable de revenir en arrière et de commencer par intégrer cette troisième composante dans le processus de recrutement, car cela permettrait d'économiser beaucoup de temps et d'énergie et d'améliorer une grande partie du processus de recrutement. Mais je dirais qu'il y a probablement beaucoup de choses que je ferais différemment, mais c'est juste une chose qui me vient à l'esprit.

Jeroen :

Oui, je peux tout à fait l'imaginer. Les erreurs d'embauche sont parmi les pires que l'on puisse commettre. Surtout au début, lorsqu'il s'agit d'une petite équipe. Mais aussi plus tard, je suppose.

Randy :

Oui, oui. Surtout plus tard, toute embauche d'un senior est importante. Quelle que soit l'époque, quelle que soit la période à laquelle se trouve l'entreprise, les premières embauches sont tout simplement cruciales. La première personne embauchée peut aider à recruter d'autres personnes. Ensuite, l'ensemble de la fonction ou du département qui dépend de cette personne finit par avoir un trait de caractère. Ce trait devient une partie de l'ADN de l'ensemble de la fonction. C'est un peu comme la phase des neuf mois de la grossesse. C'est une phase très formatrice. Elle est très sensible. Je ne sais pas si c'est une bonne analogie, mais je pense que c'est une période sensible.

Jeroen :

Je comprends.

Randy :

Ce n'est peut-être pas une bonne analogie. Mais c'est un sujet sensible pour vous. Vous voulez vous assurer que vous en prenez soin, que vous êtes délicat et que vous contribuez à l'amener à une phase où l'entreprise peut réussir.

Jeroen :

Il ne s'agit donc pas seulement d'une question de sélection. Il s'agit aussi d'intégrer les employés de la bonne manière.

Randy :

Oui, c'est vrai. Il y a tellement de choses.

Jeroen :

C'est cool. Je vous remercie. Merci encore d'avoir participé à Founder Coffee, Randy. C'était vraiment un plaisir de vous recevoir.

Randy :

Je vous remercie. C'est l'un des podcasts les plus détaillés et les plus agréables auxquels j'ai participé. J'aime beaucoup le type de questions que vous avez posées.


Vous avez apprécié ? Lisez les entretiens du Founder Coffee avec d'autres fondateurs.

obtenir Salesflare

Nous espérons que cet épisode vous a plu. Si vous l'avez aimé, review sur iTunes !

👉 Vous pouvez suivre @salesflare sur Twitter, Facebook et LinkedIn.

Jeroen Corthout