Max Armbruster de Talkpush

Café du fondateur épisode 039

Max Armbruster de Talkpush

Je suis Jeroen de Salesflare et voici Founder Coffee.

Toutes les deux semaines, je prends un caf√© avec un fondateur diff√©rent. Nous discutons de notre vie, de nos passions, de ce que nous avons appris, ... dans le cadre d'un entretien intime, pour apprendre √† conna√ģtre la personne qui se cache derri√®re l'entreprise.

Pour ce trente-neuvième épisode, je me suis entretenu avec Max Armbruster, fondateur et PDG de Talkpush, une plateforme d'automatisation du recrutement qui exploite les interfaces de chat pour le recrutement.

Après avoir travaillé dans des entreprises telles que CNET, Altran, ATKearney et SAP, Max a créé Talkpush sur la base d'un logiciel interne qu'il avait développé dans une entreprise précédente afin de rationaliser leur processus de recrutement.

Bien qu'il soit de nationalité américaine et d'origine allemande, il dirige son entreprise depuis Hong Kong, la moitié de ses effectifs étant basée en Amérique latine. Il vend ses logiciels dans le monde entier.

Nous nous demandons s'il est judicieux de combiner logiciels et services, comment les géants de l'internet s'enrichissent et comment mettre en place de bons processus et organiser des réunions efficaces.

Bienvenue à Founder Coffee.

obtenir Salesflare

Vous préférez écouter ? Vous pouvez trouver cet épisode sur :


Jeroen :

Bonjour Max, c'est un plaisir de vous recevoir sur Founder Coffee.

Max :

Merci, bonjour de Hong Kong.

Jeroen :

Bonjour de Belgique. Vous êtes le fondateur de Talkpush. Pour ceux qui ne savent pas encore ce que vous faites, que faites-vous ?

Max :

Talkpush est un logiciel de recrutement et nous travaillons sur l'automatisation et nous utilisons des chatbots pour automatiser l'engagement avec les candidats à l'échelle. Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie que nous traitons des millions de conversations avec des demandeurs d'emploi du monde entier pour certains des plus grands employeurs du monde. Des entreprises comme Walmart, McDonald's ou Accenture. Nous nous connectons avec ces millions de candidats en utilisant des interfaces de messagerie, l'IA conversationnelle sur des plateformes comme WhatsApp et Messenger afin d'accélérer le recrutement.

Jeroen :

Vous travaillez donc pour des entreprises afin de rationaliser leur flux de recrutement en utilisant le chat, les conversations, n'est-ce pas ?

Max :

C'est exact, et la grande majorité de ces conversations sont entièrement automatisées, entièrement basées sur l'IA. Mais il reste encore des points de contact humains, car certaines parties du voyage sont assistées et d'autres non.

Jeroen :

J'imagine que les entreprises pour lesquelles vous travaillez ont des flux importants de personnes qui recrutent et qu'elles veulent en partie supprimer les t√Ęches trop manuelles. Vous proposez donc quelque chose qui fusionne la partie automatis√©e, qui, je suppose, remplace les formulaires, avec la partie plus humaine, qui est la partie habituelle, mais qui se fait davantage par le biais de chats. Est-ce que c'est ce que vous proposez ?

Max :

Oui, je pourrais dire que je ne suis pas opposé aux formulaires en tant qu'expérience utilisateur. Je pense qu'il y a des avantages aux formulaires par rapport au chat, aux conversations, y compris le fait que lorsque vous remplissez un formulaire, cela semble un peu plus officiel. Mais d'une manière générale, nous nous dirigeons de plus en plus vers des expériences dynamiques, des interfaces de type Typeform, qui ressemblent davantage à une conversation, et nous faisons partie de ce mouvement. Ce qui nous pousse à agir, c'est vraiment un changement de comportement, de comportement des consommateurs. Lorsque les entreprises réalisent qu'elles vont attirer de meilleurs talents si elles disposent d'une interface qui leur parle de la même manière qu'elles parlent aux consommateurs, cela leur donne un avantage sur le front du recrutement et cela profite donc à l'entreprise, à tout le monde. La base est vraiment un changement de comportement et d'habitudes de la part des consommateurs, ce qui n'a pas vraiment été pris en compte par les principaux fournisseurs de logiciels.

Jeroen :

Est-ce l'argument de vente que vous utilisez auprès des entreprises ou n'y a-t-il pas une plateforme spécifique sur laquelle vous vous concentrez ?

Max :

L'angle que je d√©crivais √† l'instant, √† savoir le changement de comportement des consommateurs, fonctionne bien avec les entreprises qui ont un nom tr√®s reconnaissable et dont la marque est l'atout le plus pr√©cieux. Pour les entreprises o√Ļ la recherche de talents est un peu plus proactive, o√Ļ elles doivent aller chercher les talents plut√īt que les talents viennent √† elles, o√Ļ il s'agit plus d'outbound que d'inbound dans le jargon de la vente, alors l'accent se d√©place de la marque un peu plus vers la productivit√© et la construction de la valeur du point de vue de la productivit√© du recruteur. Quel est le nombre d'embauches par recruteur, le temps n√©cessaire √† l'embauche, etc. Ce sont l√† les deux grands angles d'attaque.

Jeroen :

J'ai compris. C'est donc l'angle de la productivité et le fait de s'assurer que l'on peut sélectionner plus de candidats avec moins de ressources, mieux, n'est-ce pas ?

Max :

Oui. C√īt√© candidat. C√īt√© recruteur. Absolument.

Jeroen :

D'accord.

Max :

Bien entendu, si vous voulez être ambitieux sur le plan commercial, vous pouvez parler de la perte de revenus lorsque vous tardez à pourvoir un poste, du manque de réactivité face aux besoins de l'entreprise et de ce que cela signifie pour le reste de l'entreprise. Par exemple, dans un environnement de vente au détail, je sais que ce n'est pas un segment très populaire en ce moment, mais la vente au détail reviendra et chaque semaine qui passe sans qu'un poste ne soit pourvu, vous perdez des revenus. Vous devez toujours payer le loyer, vous devez toujours payer l'entreposage, mais vous ne vendez pas aussi vite et aussi efficacement que vous le pourriez. Un très bon vendeur trouvera un moyen de lier les résultats commerciaux au recrutement, mais ce n'est pas facile à faire parce que l'acquisition de talents est souvent considérée comme une fonction de soutien et qu'elle ne prend pas le pouls de l'entreprise.

Jeroen :

Oui, mais il semble que ce dont nous avons discuté, sur la base de votre site web, n'est qu'une partie de l'histoire parce que vous vous assurez également qu'avec l'intégration des annonces, vous pouvez attirer les candidats vers les interfaces que vous construisez et qu'ensuite vous avez un autre système dans lequel vous pouvez également organiser les pistes que vous recevez, pour ainsi dire, n'est-ce pas ?

Max :

Oui, il y a diff√©rents niveaux de prospects. Quelqu'un qui va sur votre site web, quelqu'un qui postule √† un emploi, quelqu'un qui se rend √† une √©valuation, quelqu'un qui passe un entretien. √Ä chaque √©tape de l'entonnoir, vous devez suivre le co√Ľt par lead, et nous essayons, gr√Ęce √† l'automatisation, de minimiser le co√Ľt par lead √† chaque √©tape.

Jeroen :

Oui, ce qui me frappe souvent quand je pense aux agences de recrutement que l'on trouve √† tous les coins de rue ou aux chasseurs de t√™tes, c'est que ces entreprises sont si peu num√©ris√©es et organis√©es. Si vous allez dans une agence de recrutement typique qui recrute des op√©rateurs et des personnes pour des emplois administratifs et toutes ces sortes de choses, ils fonctionnent souvent √† l'√©tat de soins locaux en ce qui me concerne, o√Ļ il n'y a pas de syst√®me appropri√© en place pour se rappeler qui ils doivent appeler √† propos de quoi et quels candidats ils ont vus et tout cela.

Max :

Vous imaginez les données avec lesquelles vous devez travailler. Je veux dire qu'il s'agit de personnes et que l'on ne peut pas toujours compter sur elles pour fournir des données fiables. Il est très difficile, lorsque vous interrogez des personnes pour votre propre entreprise, de distinguer ce qui est vrai de ce qui ne l'est pas et de donner une évaluation. Il s'agit d'un espace extrêmement fragmenté et diversifié. Les systèmes d'enregistrement, que l'on appelle les logiciels de suivi des candidats, ainsi que les plates-formes d'évaluation qui notent les candidats, de même que les plates-formes de sourcing et de marketing, les sites d'offres d'emploi et les places de marché. C'est aussi fragmenté que possible parce que c'est si compliqué et si diversifié. Il y a un peu de consolidation dans le monde des places de marché et les grandes bases de données deviennent de plus en plus grandes, avec quatre grands acteurs qui monopolisent l'espace. L'un d'entre eux est Microsoft et LinkedIn. Un autre est Facebook et Facebook Jobs, qui est une place de marché pour les cols bleus débutants pour le moment et les PME, mais qui se développe dans de nouveaux domaines.

Max :

Le grand site d'offres d'emploi appelé Indeed, et j'en oublie un. Je suppose que c'est Google. Google s'est lancé dans le domaine de l'emploi en créant une solution Google Cloud Talent, qui répertorie les offres d'emploi de tous les différents fournisseurs de logiciels de recrutement et les publie gratuitement sur Google.

Jeroen :

Fou.

Max :

Ainsi, si vous cherchez "poste d'ing√©nieur √† Bruxelles", la premi√®re chose que vous verrez est un r√©sultat de Google et vous sera livr√© gratuitement par Google. Aucun revenu publicitaire n'est li√© √† ce r√©sultat, pas plus qu'aux emplois sur Facebook pour le moment. Ces m√©ga-acteurs s'installent et peut-√™tre que cela entra√ģnera plus d'automatisation, plus de technologie, parce qu'il y a moins de diversit√©, je suppose.

Jeroen :

Oui, je comprends parfaitement. En fait, c'est tr√®s amusant, c'est comme si vous et moi fonctionnions dans des espaces parall√®les o√Ļ nous faisons pour les ventes ce que vous faites pour le recrutement en essayant d'automatiser une grande partie des donn√©es, de les valider, de s'assurer qu'elles sont toutes organis√©es, de fournir des interfaces pour se connecter avec les gens. Ce que vous dites √† propos de ces grands acteurs qui s'installent et deviennent les plates-formes √† partir desquelles vous obtenez des donn√©es est, je pense, vrai dans toutes les industries. Il est amusant de voir comment ils se positionnent sur presque tous les march√©s de mani√®re efficace.

Max :

Je réfléchissais au fait que mon plus gros fournisseur et celui pour lequel je dépensais le plus d'argent il y a quatre ans était Facebook. Il s'agissait principalement de revenus publicitaires et j'ai réussi à m'en sevrer lentement. Aujourd'hui, je regarde mes dépenses les plus importantes : je viens de payer la facture du navigateur de vente LinkedIn. Mes autres grosses dépenses sont Amazon et Google. J'ai obtenu l'API Google Cloud, et je me suis dit : " D'accord, super ! " J'ai donc réussi à me détacher de la première phase et j'ai maintenant trois gros fournisseurs. J'ai trois grands fournisseurs, donc j'ai trois des quatre grands pour lesquels je dépense encore beaucoup d'argent. Oui, c'est un monde très concentré.

Jeroen :

C'est vrai.

Max :

C'est la réalité. Il n'y a rien que nous puissions faire, nous devons vivre avec. Cela va peut-être à l'encontre de nos idéaux entrepreneuriaux, mais c'est le monde dans lequel nous vivons.

Jeroen :

Oui, toutes ces entreprises sont passées à un mode de plateforme dans lequel elles nous fournissent tous les outils pour travailler, pour construire nos entreprises, mais en fin de compte, ce sont elles qui gagnent le plus d'argent.

Max :

Oui, devons-nous pleurer maintenant ?

Jeroen :

Non.

Max :

Verser une larme ?

Jeroen :

Revenons √† votre histoire et √† vos d√©buts. Parce que cela semble √™tre un projet formidable, mais je me demande d'o√Ļ est venue l'√©tincelle pour tout cela. Vous m'avez dit avant l'appel que vous aviez commenc√© il y a environ cinq ans et demi, un peu comme nous en fait. Quand avez-vous pens√© que nous devrions avoir un meilleur syst√®me pour cela, sur quoi travailliez-vous et comment tout cela est-il arriv√© ?

Max :

J'ai commencé en tant que praticien et je recrutais pour mon équipe en interne dans une entreprise précédente que j'ai fondée, cofondée et j'étais frustré par la nature répétitive du recrutement et j'ai acheté un logiciel tiers. Nous avons alors réalisé que nous pouvions construire quelque chose d'aussi bon nous-mêmes et nous avons créé notre propre version de ce logiciel. C'est ainsi que je suis devenu un entrepreneur en logiciels un peu par accident : j'ai d'abord construit quelque chose pour notre usage interne, puis j'ai commencé à le vendre, et je me suis rendu compte qu'il est tellement mieux de travailler dans le domaine des logiciels que dans celui des services parce que les revenus sont récurrents.

Max :

C'est ce que j'ai appris, mais Talkpush est une entreprise que j'ai fondée seul, en m'appuyant sur mon expérience passée et en réalisant que, comme je l'ai dit, la technologie disponible ne s'adaptait pas aux besoins des consommateurs. Vous établissez un parallèle entre nos deux activités. En général, le recrutement et l'acquisition de talents ont quelques années de retard sur les ventes et le marketing. Les ventes et le marketing ont beaucoup d'argent et obtiennent une grande partie du dollar de l'innovation. Si vous regardez l'histoire des logiciels de recrutement, ils ont généralement trois ou quatre ans de retard sur les innovations dans le domaine des ventes et du marketing. Il ne faut pas être un génie, il faut suivre ce que font les gars des ventes et du marketing et l'appliquer dans un contexte de recrutement. C'est un secteur plus petit avec moins d'argent pour l'innovation, mais l'aspect positif est que vous aidez les gens à trouver du travail, ce qui nous donne un peu plus d'objectif que de simplement renforcer une équipe de vente. Nous aimons le fait que nous faisons des recrutements et que nous contribuons à mettre de la nourriture sur la table.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. Permettez-moi de revenir un instant sur le moment o√Ļ vous avez dit que vous pensiez que les logiciels √©taient plus agr√©ables que les services et qu'ils apportaient des revenus r√©currents. Il y a un podcast int√©ressant avec Neil Patel, Mixergy, o√Ļ il dit en fait le contraire. Il dit : " Les heures de gloire des logiciels sont pass√©es parce que tout le monde peut maintenant cr√©er des logiciels en utilisant tous les services ", comme vous l'avez dit pr√©c√©demment, les plus importants. Il y a des entreprises partout qui essaient de surpasser les autres et il dit que l√† o√Ļ vous pouvez gagner beaucoup d'argent, ce n'est pas dans le logiciel lui-m√™me, mais c'est dans la fourniture de services et l'automatisation de vos propres services avec des logiciels. Qu'en pensez-vous ? Est-ce quelque chose que vous envisagez ou est-ce une activit√© purement logicielle que vous envisagez ?

Max :

Oui, nous y pensons. La question est de savoir si vous êtes prêt à faire ce saut, car si vous le faites, certains de vos clients deviendront vos concurrents.

Jeroen :

C'est vrai.

Max :

C'est une décision audacieuse, et l'autre problème lorsque vous passez au service est que si vous construisez une très bonne organisation de service, elle va couvrir vos échecs en tant qu'entreprise de logiciels. S'ils savent vraiment comment contourner les problèmes, cela signifie que les problèmes n'atteindront jamais le stade de la R&D et que l'ingénierie les manquera. Je pense que c'est une décision très difficile à prendre, très tentante parce qu'il y a certainement plus d'argent à gagner et que vous pouvez donc augmenter vos revenus en passant au service et, dans notre espace, nous pourrions dire : " Ne nous payez pas pour le logiciel, payez-nous pour le nombre d'embauches ". De nombreuses plateformes ont fait ce pari. Je n'en ai vu aucune qui ait réussi ce pari avec d'excellents résultats. Je veux dire que certaines entreprises s'en sortent bien.

Jeroen :

Si vous prenez le mod√®le o√Ļ vous savez qu'il y a des logiciels de comptabilit√© - comme les nouveaux logiciels de comptabilit√© qui promettent qu'ils font tout automatiquement. Ils ont souvent une √©quipe qui, si vous ne voulez pas faire quelque chose avec le logiciel, vous permet de faire appel √† un comptable sp√©cialis√© dans leur centre qui vous d√©chargera de tout.

Max :

Envisagez-vous de faire quelque chose de ce genre pour vos clients ou n'est-ce pas applicable ?

Jeroen :

Pas pour l'instant, mais j'y pense parfois. Cela pourrait être intéressant.

Max :

Je pense que la meilleure fa√ßon de commencer, et je m'√©gare, mais c'est de cr√©er un programme de certification o√Ļ vous permettez √† quelqu'un de devenir un super utilisateur et o√Ļ vous lui donnez un dipl√īme, une sorte de grade et ensuite vous dites, "Ok, nous allons vous apporter des affaires", et j'esp√®re que cela va prendre feu. Quelque chose comme √ßa.

Jeroen :

Oui, c'est logique. Vous proposez un programme de partenariat avec des partenaires de solutions ou quelque chose comme ça.

Max :

J'essaie d'imiter UIpath, le leader de la RPA dans ce sens. Ils ont fait un très bon travail en formant leurs utilisateurs et en construisant l'écosystème de cette manière. J'ai travaillé chez SAP. SAP a également beaucoup investi dans la création de consultants SAP et dans la création d'un écosystème complet qui travaille sur SAP. Je ne sais pas quand on bascule. Pour l'instant, nous sommes tellement concentrés sur l'amélioration du fonctionnement du logiciel qu'il est difficile d'imaginer la mise en place d'une organisation complète.

Jeroen :

Sur ce point, vous avez mentionn√© comme deuxi√®me raison de ne pas le faire que si vous utilisez le logiciel en interne, vous √™tes plus susceptible de couvrir les bogues. D'apr√®s mon exp√©rience, si vous utilisez le logiciel en interne, vous voyez les bogues avant que les clients ne les voient. Mais ce n'est pas vraiment une question, plut√īt une affirmation, je suppose.

Max :

Non, vous avez raison. C'est juste que j'ai vu un certain nombre d'entreprises. Dans le domaine du recrutement, il faut presque √™tre physiquement sur place avec son √©quipe pour s'assurer que les embauches sont correctement enregistr√©es. C'est tr√®s difficile. Vous avez besoin d'un partenariat exclusif o√Ļ vous devenez le partenaire d'externalisation du processus de recrutement et o√Ļ vous vous occupez de toutes les embauches, de sorte qu'il y ait une exclusivit√© totale. Sinon, il est difficile de suivre les r√©sultats et cela devient une entreprise co√Ľteuse si vous ne les suivez pas correctement. Quoi qu'il en soit, je ne sais pas comment passer √† l'action, mais cela m'int√©resse.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. C'est certain. Avez-vous l'intention d'intégrer des éléments tels que des entretiens vidéo dans le logiciel ou est-ce déjà le cas ?

Max :

C'est déjà le cas. L'avantage de travailler avec Messenger et WhatsApp, c'est qu'il est possible de capturer la voix, la vidéo, les gifs animés, etc. Nous disposons de ces éléments qui rendent la communication bidirectionnelle plus riche et plus amusante. Si vous donnez à un responsable du recrutement le choix entre "vous pouvez passer 30 secondes à lire ce CV" ou "vous pouvez passer 30 secondes à écouter ce candidat répondre à une question sur qui il est", il choisira évidemment la vidéo parce que vous pouvez en dire beaucoup plus sur quelqu'un, en particulier pour les emplois qui ne sont pas extrêmement techniques, mais qui font davantage appel à l'empathie et aux compétences en matière de communication. La vidéo sera la méthode de prédilection et, en fait, la plupart des recrutements effectués sur notre plateforme se font sans curriculum vitae.

Jeroen :

Oui, et s'agit-il d'une communication vidéo synchrone comme les enregistreurs ou y a-t-il aussi des appels en direct ?

Max :

En fait, nous supportons les deux, mais surtout l'asynchrone.

Jeroen :

Si j'ai bien compris, vous avez travaillé chez SAP, vous avez eu une activité de recrutement, puis vous vous êtes lancé dans l'édition de logiciels. Est-ce un bon résumé ?

Max :

Oui, cela fait partie de mon parcours. J'ai été indépendant pendant la majeure partie de ma vie d'adulte.

Jeroen :

Y compris la partie concernant le SAP ou après ?

Max :

Dans le cadre du SAP, j'étais définitivement payé.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Max :

Il n'y a pas d'autre moyen pour moi de purger ma peine là-bas.

Jeroen :

Avez-vous toujours eu envie d'avoir votre propre entreprise ou avez-vous eu un déclic à un moment donné ?

Max :

J'ai toujours voulu vivre le r√™ve d'une vie d'entrepreneur. J'ai m√™me fait une sp√©cialisation en entrepreneuriat lorsque je suis all√© √† l'√©cole de commerce. J'ai commenc√© assez t√īt et j'avais un peu de FOMO pour les grandes entreprises technologiques, et l'opportunit√© de travailler chez SAP, quand je suis arriv√©, m'a sembl√© extraordinaire. L'opportunit√© de travailler chez SAP, lorsque je suis arriv√©, m'a sembl√© impressionnante. Une grande opportunit√© de travailler avec de grands talents qui ont de grands CV, qui travaillent dans de beaux bureaux et qui signent de tr√®s grands contrats. J'ai peut-√™tre surestim√© le niveau de qualit√© du travail que l'on accomplit dans une grande entreprise. Je suppose que tout le monde est tr√®s intelligent et bien habill√©. On a l'impression de travailler avec des gens tr√®s comp√©tents et ces entreprises prennent soin de leurs employ√©s. √Čvidemment, vous vous sentez aussi tr√®s d√©connect√© de la r√©alit√©, car il y a parfois 20, 30, 40 personnes qui travaillent sur une affaire, pour conclure une affaire, et tout le monde va s'en attribuer le m√©rite, mais en fin de compte, une grande partie des achats est bas√©e sur les marques. En fait, peut-√™tre qu'aucune de ces 30 personnes n'y est pour quelque chose.

Max :

Il est difficile de se sentir lié aux résultats et à l'issue d'un projet lorsque l'on fait partie d'une organisation qui compte autant d'employés. J'avais du mal à rester motivé dans cet environnement. Maintenant, je n'ai plus le choix, c'est génial. Je n'ai pas à me demander si je suis motivé. Je me lève et j'y vais.

Jeroen :

Oui, je vois que vous avez fait cela pendant deux ans et quatre mois. Je dirais que c'est déjà une belle réussite.

Max :

Je vous remercie. Je me suis fait beaucoup de bons amis et j'ai beaucoup appris. J'ai beaucoup appris sur la psychologie de la vente et sur la manière de travailler avec des acheteurs qui prennent des décisions en groupe.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. On parle de se lever le matin et d'être motivé. Qu'est-ce qui vous empêche de dormir ces derniers temps ?

Max :

Derni√®rement, je dirais que notre cycle de vente a connu beaucoup de changements en raison de la pand√©mie actuelle. Je pense que lorsqu'on est entrepreneur, on aime avoir le contr√īle, on veut √™tre ma√ģtre de son destin, de ses finances, de ses salaires. Dans un monde qui √©volue rapidement, on perd un peu le contr√īle. Au fur et √† mesure que votre entreprise se d√©veloppe, vous perdez aussi un peu de votre contr√īle, vous le r√©siliez et le donnez √† d'autres, √† d'autres qui sont plus qualifi√©s que vous.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Max :

Je crois que c'est ce qui m'empêche de dormir. Tous les changements qui se produisent. Mais rien qui ne sorte de l'ordinaire.

Jeroen :

O√Ļ voyez-vous le plus d'impact sur votre activit√© SaaS ? Je suppose que c'est sur les nouveaux revenus et pas tellement sur les d√©parts de clients ?

Max :

Oui, vous avez raison. Tout le monde essaie de prendre l'avantage et, qu'elles soient grandes ou petites, les entreprises demanderont des conditions de crédit exceptionnellement favorables. Il est donc difficile de compter sur quoi que ce soit dans ces conditions, car les paiements sont retardés, même lorsqu'ils ont déjà été engagés. C'est ainsi que les choses se passent. Cela rend les choses plus difficiles à gérer, plus difficiles à planifier, mais je sais que nous allons nous en sortir et je pense que l'adversité nous rapprochera en tant qu'équipe, et je vois donc le verre à moitié plein.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. À quoi consacrez-vous la majeure partie de votre temps en ce moment ? Au travail.

Max :

Je suis un grand fan de High Output Management d'Andy Grove, un livre dans lequel il aide les PDG et les entrepreneurs à organiser de bonnes réunions individuelles, à fixer des objectifs et à parler de l'importance des réunions. Je suis également un grand fan de Jason Fried et de son livre Rework, dans lequel il explique que les réunions sont totalement inutiles et qu'il faut s'en débarrasser. Je passe toujours d'un livre à l'autre pour essayer de déterminer ce qui me convient le mieux. Je pense que je passe pas mal de temps à faire des réunions et que cela me demande beaucoup d'énergie, mais je pense que c'est un investissement qui en vaut la peine. Je ne le ferais pas autrement. Surtout que 90% de l'équipe n'est pas dans le même pays que moi, alors je me suis dit qu'il fallait que j'investisse autant de temps, voire plus, que le chef d'entreprise moyen parce que je suis loin d'eux. Beaucoup de réunions, beaucoup d'entretiens individuels, la fixation régulière de nouveaux objectifs, beaucoup de communication. Cela demande du temps et de l'énergie, c'est certain.

Jeroen :

Alors que vous avez beaucoup réfléchi à l'idée de ne pas faire de réunions, de faire des réunions, comment vous assurer que ces réunions en valent la peine, que votre temps est bien utilisé et qu'elles sont efficaces ?

Max :

La meilleure pratique consiste à demander aux participants de se préparer avec un ordre du jour et de résumer les prochaines étapes par écrit. Parfois, je fais la police des réunions et si je vois qu'une réunion a été réservée pour 20 personnes alors que nous n'en avons besoin que de cinq, je vais parler à l'organisateur de la réunion et je lui dis : "15 personnes, un salaire d'une heure. Voulez-vous vraiment dépenser $1 000 pour faire passer ce message ou pouvez-vous le faire par courriel ?" Quelque chose comme ça. C'est un peu ce que je fais. Je n'ai pas d'autres pépites de sagesse.

Jeroen :

Il s'agit donc de l'ordre du jour des réunions, des prochaines étapes et de la limitation du nombre de participants à une réunion.

Max :

Oui, réduire autant que possible le nombre de participants.

Jeroen :

Quel est le nombre typique de participants à une réunion ? C'est quelque chose que nous expérimentons actuellement à Salesflare pour certaines réunions parce que nous avons parfois l'impression d'être cinq dans une réunion, mais en fait, je veux dire que c'est bien d'avoir les cinq impliqués, mais nous pensons que nous pourrions aussi le faire avec trois et ensuite les deux autres donnent des commentaires sur le document, sur toutes les choses dont nous avons discuté.

Max :

Oui, je n'ai pas encore atteint ce niveau. Je suis toujours inquiet à l'idée d'avoir dix personnes ou plus lors d'un appel, car j'ai l'impression qu'elles vont se déconnecter mentalement. Si vous ne participez pas à une conversation, il est tout à fait naturel de s'éloigner. Nous ne payons pas les gens pour qu'ils s'éloignent.

Jeroen :

Exactement.

Max :

Oui, je pense qu'il est préférable de ne pas dépasser 10 personnes, mais nous organisons également des réunions d'entreprise. L'assemblée générale de l'entreprise n'est presque pas une réunion, c'est essentiellement moi qui présente la plupart du temps. Elle pourrait être complètement asynchrone et enregistrée, mais nous nous efforçons de l'organiser au moins une fois par mois pour donner l'impression que nous sommes tous réunis. Nous avons l'impression qu'une heure par mois est consacrée à la réunion de tout le monde dans une salle virtuelle. C'est raisonnable.

Jeroen :

Oui. En ce qui concerne les personnes qui ne sont pas impliquées ou qui s'éloignent du sujet, nous avons constaté que cela commence à se produire si vous êtes plus de trois personnes. En effet, ce sont généralement trois personnes qui mènent la discussion, et si vous êtes cinq, la plupart du temps deux d'entre elles ne font presque rien.

Max :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

C'est pourquoi nous essayons de les limiter maintenant. L'h√ītel de ville est tout √† fait logique.

Max :

Que pensez-vous de l'√©tendue id√©ale du contr√īle, du nombre de subordonn√©s directs par responsable ?

Jeroen :

Nous sommes une très petite entreprise. Nous ne sommes que sept personnes, ce n'est donc pas vraiment un problème pour nous.

Max :

Pas de problème.

Jeroen :

Je n'ai pas beaucoup réfléchi à ce sujet.

Max :

Oui, c'est vrai. La littérature dit que le nombre idéal est de huit, sept ou huit parce que c'est alors que vous avez le plus d'influence, mais aussi parce que vous pouvez toujours accorder du temps et de l'attention aux gens. Pour répondre à votre question, il vaudrait peut-être mieux que ce soit un peu plus petit parce que si vous organisez une réunion avec huit ou neuf personnes, c'est vrai, vous risquez de les perdre. Je ne sais pas.

Jeroen :

Oui, vous avez probablement perdu la plupart d'entre eux. À quoi ressemble votre journée ? À quoi consacrez-vous beaucoup de temps ? La structurez-vous d'une certaine manière ?

Max :

Oui, les lundis et mardis, j'organise toutes mes r√©unions individuelles afin de m'en d√©barrasser et de pouvoir consacrer la seconde moiti√© de la semaine √† des initiatives sur lesquelles je souhaite travailler. Il peut s'agir de produits, de ventes ou de collectes de fonds, selon les besoins du jour. Je suis bas√© √† Hong Kong, mais comme la moiti√© de l'√©quipe se trouve en Am√©rique latine, nous avons 12 √† 14 heures de d√©calage, et je dois donc en tenir compte. Je me r√©veille tr√®s t√īt, vers 5 heures du matin, et vers 5h30 ou 6 heures, j'ai g√©n√©ralement des conversations avec l'Am√©rique latine. Cela me prend jusqu'√† 8h00-8h30. Ensuite, je prends mon petit-d√©jeuner et je peux commencer ma journ√©e. J'ai deux jours. Un jour, je parle avec l'Am√©rique latine avant le petit-d√©jeuner, puis je prends mon petit-d√©jeuner, et ensuite j'ai ma journ√©e asiatique. Ensuite, je fais du sport en soir√©e. Je commence t√īt, mais je m'√©teins g√©n√©ralement √† 18 heures. Je suis inutile et je dois aller d√ģner ou faire du sport ou quelque chose comme √ßa.

Jeroen :

Oui, c'est bien. Vous avez parlé de l'Amérique latine. Vous n'êtes pas actif en Amérique du Nord ?

Max :

Pas tant que cela. Nous nous concentrons davantage sur les marchés émergents.

Jeroen :

D'accord. Que faites-vous en dehors du sport le soir ? Est-ce que c'est là que vous passez le plus de temps ?

Max :

Oui, je fais du sport. Ma femme s'occupe de l'agenda social et je cherche de bonnes émissions de science-fiction sur Netflix.

Jeroen :

Quelle est la dernière émission de science-fiction que vous avez regardée ?

Max :

La meilleure chose au monde est Rick and Morty et le nouvel épisode est sorti il y a deux jours.

Jeroen :

Avez-vous vu Dark ?

Max :

Non.

Jeroen :

Non ? D'accord, votre nom est allemand mais je ne pense pas que vous ayez des racines allemandes, n'est-ce pas ?

Max :

Mon nom est allemand, alors oui, les racines sont allemandes. Je ne le suis pas, mais je vais aller voir du c√īt√© de Dark.

Jeroen :

Dark est une série allemande et elle est vraiment bonne. Il s'agit d'un voyage dans le temps et d'un petit séjour en Allemagne. Mais ne nous étendons pas sur ce sujet dans le podcast.

Max :

Mon arri√®re-grand-p√®re √©tait allemand. Il a travers√© l'oc√©an Atlantique √† l'√Ęge de 13 ans, en 1863. Il est devenu pasteur, un pasteur baptiste, et il a travaill√© √† travers les √Čtats-Unis, puis il a eu quatre enfants et a √©lev√© une famille am√©ricaine.

Max :

C'est fou de penser qu'il y a seulement quatre g√©n√©rations, les gens vivaient une vie compl√®tement diff√©rente de la n√ītre. Ils n'avaient pas d'√©lectricit√©. C'est vraiment fou. C'est amusant de lire sur ses anc√™tres.

Jeroen :

Oui, tu as fait ça ?

Max :

Oui, je l'ai été récemment. Puisque vous mentionnez mon nom et que cela me relie à cette histoire. C'est une période amusante.

Max :

Je suppose que sous Donald Trump, il est agréable de se sentir un peu moins américain.

Jeroen :

Je comprends ce que vous voulez dire. Je suis √©galement n√© aux √Čtats-Unis et je m'identifie donc √† tout cela. Si j'√©tais aux √Čtats-Unis, je me verrais bien d√©primer un peu.

Max :

Oui, nous sommes coincés à la maison maintenant, donc c'est plus déprimant.

Jeroen :

Je pense que c'est moins déprimant.

Max :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Nous parlerons de lecture. Quel est le dernier bon livre que vous avez lu et pourquoi l'avez-vous choisi ?

Max :

Voyons si j'en ai quelques bonnes, quelques pépites. En ce moment, je lis le vieux classique 1984 de George Orwell. Les lectures que je recommande aux nouveaux arrivants, à ceux qui viennent travailler pour Talkpush, sont Behind the Cloud, the Story of Salesforce, le livre d'Andy Grove que je viens de mentionner, High Output Management, Rework, ce sont les incontournables.

Jeroen :

Quel était le dernier ?

Max :

Remaniement.

Jeroen :

Reprise de Jason Fried.

Max :

Jason Fried, oui.

Jeroen :

Oui, c'est très bien. Quelles sont les choses que vous avez apprises en combinant High Output Management et Rework ?

Max :

Ce sont les deux c√īt√©s oppos√©s du spectre. High Output Management vous fait prendre conscience que tout ce que vous d√©testiez √† propos de la gestion, de la structure et de l'organisation, vous le d√©testiez pour de mauvaises raisons et que vous devez l'adopter parce que c'est le seul moyen d'amener les gens √† bien travailler ensemble. Si vous √™tes un peu anarchiste, c'est une bonne lecture parce qu'elle vous fera comprendre pourquoi vous devez √™tre un bon manager et pourquoi vous devez surmonter vos faiblesses dans ce domaine. Rework - il s'agit d'un excellent livre r√©dig√© par des penseurs tr√®s ind√©pendants, plein de bons conseils sur la mani√®re d'√™tre productif tout en gardant le contr√īle de sa vie. Ne pas accepter la tyrannie des r√©unions et des conversations inutiles et √™tre plus productif pour pouvoir contr√īler sa vie.

Jeroen :

J'ai compris. Dernière question : quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu ? Je sais que c'est difficile.

Max :

Oui, je ne suis pas préparé pour cette fois. Je n'ai pas une très bonne mémoire.

Jeroen :

Quelle est la première chose qui vous vient à l'esprit ?

Max :

Meilleur conseil. Vous devriez collecter plus d'argent.

Jeroen :

Collecter plus d'argent ?

Max :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Avant d'entrer dans la crise COVID ?

Max :

Oui, tous les investisseurs, tous les actionnaires que j'ai rencontrés m'ont toujours dit la même chose. Vous devriez lever plus d'argent. Oui, d'accord, je devrais aussi vendre plus de produits, n'est-ce pas ? Oui, mais en règle générale, la règle du capitalisme veut qu'un bon PDG, un bon propriétaire d'entreprise soit capable de convaincre les autres de lui donner des capitaux, parce qu'il a besoin de capitaux pour faire avancer les choses. Le message sous-jacent à l'idée que vous devriez lever plus d'argent est que vous devriez être bon dans votre travail. Vous devez être suffisamment bon dans votre travail pour convaincre les gens qu'il s'agit d'une opportunité énorme. Si vous n'êtes pas assez bon pour cela, vous n'irez pas aussi loin. Oui, au-delà de l'affirmation évidente "plus il y a d'argent, mieux c'est", je pense qu'il y a un message sous-jacent qui dit que, surtout en tant qu'Européens, nous devons apprendre à faire un "show and tell" aussi bien que les Américains et à viser les gros sous.

Jeroen :

J'ai bien compris. Merci encore Max d'avoir participé à l'émission Founder Coffee. C'était vraiment un plaisir de vous recevoir.

Max :

Merci Jeroen. Tous mes vŇďux de r√©ussite √† Founder Coffee et j'ai h√Ęte d'√©couter les prochains √©pisodes.

Jeroen :

Nous vous remercions.


Vous avez appr√©ci√© ? Lisez les entretiens du Founder Coffee avec d'autres fondateurs. ‚ėē

obtenir Salesflare

Nous espérons que cet épisode vous a plu. Si vous l'avez aimé, review sur iTunes !

👉 Vous pouvez suivre @salesflare sur Twitter, Facebook et LinkedIn.

if(window.strchfSettings === undefined) window.strchfSettings = {}; window.strchfSettings.stats = {url: “https://salesflare.storychief.io/interview-max-armbruster-talkpush?id=1980856237&type=2”,title: “Max Armbruster of Talkpush”,id: “b4bf56dd-9b24-4318-a472-b8522fe85e05”}; (function(d, s, id) { var js, sjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) {window.strchf.update(); return;} js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = “https://d37oebn0w9ir6a.cloudfront.net/scripts/v0/strchf.js”; js.async = true; sjs.parentNode.insertBefore(js, sjs); }(document, ‘script’, ‘storychief-jssdk’))
Jeroen Corthout