Dave Will de PropFuel

Café du fondateur épisode 050

Je suis Jeroen de Salesflare et voici Founder Coffee.

Toutes les deux semaines, je prends un caf√© avec un fondateur diff√©rent. Nous discutons de notre vie, de nos passions, de ce que nous avons appris, ... dans le cadre d'un entretien intime, pour apprendre √† conna√ģtre la personne qui se cache derri√®re l'entreprise.

Pour ce cinquantième épisode, je me suis entretenu avec Dave Will, cofondateur de PropFuel, une plateforme qui aide les associations à mieux s'engager auprès de leurs membres.

Dave a commenc√© sa carri√®re dans le monde de l'entreprise, en travaillant chez PwC sur l'int√©gration de grands syst√®mes d'entreprise tels que Siebel et SAP. Les moments qui ont tout chang√© pour lui sont ceux o√Ļ son patron lui a dit de marcher plus vite et de moins sourire dans les couloirs... et o√Ļ il a √©t√© licenci√© pour manque de sens de l'urgence.

C'est à ce moment-là qu'il a décidé qu'il ne voulait pas travailler pour d'autres personnes et qu'il a lancé une petite entreprise de revente. À partir de là, il est passé d'une chose à l'autre. Aujourd'hui, il se concentre sur le développement de PropFuel, repoussant les limites une étape à la fois tout en appréciant le voyage.

Nous parlons de marcher lentement et de sourire davantage, de se concentrer sur une croissance contr√īl√©e au lieu de construire une entreprise √† haut risque et √† forte croissance, de la raison pour laquelle nous n'aimons pas la sitcom Silicon Valley, et de l'importance des petites choses.

Bienvenue à Founder Coffee.

obtenir Salesflare

Vous préférez écouter ? Vous pouvez trouver cet épisode sur :


Jeroen :

Bonjour Dave, c'est un plaisir de vous recevoir au Café du Fondateur.

Dave :

Jeroen, merci de m'accueillir. Je vous en suis reconnaissant.

Jeroen :

Vous êtes le cofondateur de PropFuel, pour ceux qui ne le savent pas encore, que faites-vous ?

Dave :

Avez-vous dit que je suis un fondateur cool ou le cofondateur ? Parce que j'aime me considérer comme les deux. Je suis le fondateur cool de PropFuel et aussi le cofondateur. Oui, c'est ça.

Jeroen :

Oui, d'accord.

Dave :

Que fait PropFuel ? PropFuel est un logiciel SaaS, bien s√Ľr. Je ne serais pas ici si ce n'√©tait pas le cas. Il s'agit d'une plateforme d'engagement conversationnel et nous sommes tr√®s, tr√®s concentr√©s sur les organisations bas√©es sur les membres. L'id√©e est de les aider √† passer de la diffusion d'informations √† leurs membres √† l'engagement d'une conversation avec eux.

Dave :

Et bien s√Ľr, lorsqu'une association compte 30 000, 50 000 ou 100 000 membres, par exemple, il est tr√®s, tr√®s difficile d'avoir une conversation avec autant de personnes. Le logiciel permet donc au personnel de cette association d'automatiser le processus de dialogue avec eux.

Jeroen :

Pour être un peu plus concret, de quel type d'associations s'agit-il ?

Dave :

Nous travaillons actuellement avec 75 associations. Ces associations vont de l'Air Force Association - la plus importante - à des associations plus petites comme la Contemporary Ceramic Society of America. Il y a aussi l'association des producteurs de champignons, la Tipping Goats Association, une association pour à peu près tout ce que vous pouvez imaginer. S'il y a un groupe de personnes intéressées par quelque chose, il y a une association pour cela.

Dave :

La plupart des associations avec lesquelles nous travaillons sont des associations professionnelles ou des associations commerciales. Nous avons commencé à travailler avec des associations il y a environ un an et demi. Nous avons réalisé que nous avions trouvé un produit adapté au marché. Depuis la fin de COVID, nous avons assisté à une montée en flèche. Chaque trimestre tue le trimestre. Quoi qu'il en soit, ce sont les associations avec lesquelles nous travaillons, les associations professionnelles.

Jeroen :

Vous dites qu'il s'agit de l'engagement des membres. Il s'agit d'avoir une conversation à l'échelle, mais lorsque vous vendez cela à ces associations, quels sont les problèmes sous-jacents qu'elles rencontrent ? Qu'essaient-elles de résoudre ?

Dave :

Je n'ai encore rencontré aucune association qui soit satisfaite du niveau d'engagement de ses membres. Cela soulève la question de savoir ce que signifie l'engagement d'un membre et à quoi ressemble un membre engagé. Un membre engagé est un membre qui fait des choses, c'est aussi simple que cela. Un membre engagé est un membre qui lit des choses, qui participe, qui s'implique, qui se porte peut-être volontaire pour faire partie de quelque chose, qui se rend à des événements, qu'ils soient virtuels ou en personne. Un membre engagé est donc un membre qui consacre de l'espace mental à cette organisation, mais qui ouvre aussi son portefeuille à l'association.

Dave :

Ce n'est donc pas seulement un investissement en temps qu'un membre engagé donne, mais c'est aussi un investissement financier. Ainsi, les associations, et toute autre entreprise d'ailleurs, ne sont pas très différentes des autres entreprises, vous voulez des clients engagés, n'est-ce pas ? Peu importe ce que vous vendez, vous voulez des clients engagés et c'est ce que nous essayons de faire. Plus précisément, nous nous concentrons sur les associations pour les aider à faire en sorte que leurs clients, leurs membres, fassent des choses avec elles.

Dave :

Et nous y parvenons gr√Ęce √† un processus tr√®s, tr√®s simple : demander, capturer, agir. Tout ce que nous faisons commence par une question ; pour l'instant, tout se fait par courrier √©lectronique, mais les SMS repr√©sentent un potentiel, de m√™me que les bots sur les sites web. Mais nous posons une question, nous recueillons des informations et nous agissons en cons√©quence. Et ce qu'il y a de bien avec ce simple processus "demander, capturer, agir", c'est qu'il imite le comportement humain. Ainsi, lorsque vous marchez dans la rue, ou que vous faites du v√©lo dans la rue parce que vous √™tes sur des pav√©s, √† Bruxelles ou √† Bruges, je vois le v√©lo par-dessus votre √©paule. Je vois le v√©lo par-dessus votre √©paule.

Jeroen :

Ce n'est pas si préhistorique ici, mais oui, nous avons encore des pavés à certains endroits, mais c'est surtout dans les centres historiques.

Dave :

Nous avons des pav√©s et il y a toute une √ģle au nord-est des √Čtats-Unis qui s'appelle Nantucket, et il y a plein de pav√©s l√†-bas, donc quand vous marchez √† v√©lo, ou quelque part dans une ville, quelqu'un pourrait s'approcher et dire : "Mec, c'est un beau v√©lo. C'est quoi comme v√©lo ?" Et c'est ce que je t'ai demand√© lorsque nous avons commenc√© ce podcast, j'ai dit, "Quel genre de v√©lo est-ce ?" Et tu m'as r√©pondu : "Oh, c'est un v√©lo de course, c'est un combo m√©ta." Je ne me souviens plus de ce que tu as dit. Et je r√©ponds : "Oh, c'est cool. J'ai un v√©lo comme √ßa aussi."

Dave :

Il s'agit donc d'une conversation, d'un échange. Mais la plupart des conversations commencent par une question. J'entends votre avis, j'agis en conséquence. Cette action peut être physique, verbale ou émotionnelle. Il y a toutes sortes d'actions qui découlent de ce que vous venez de dire. Nous prenons donc cet échange humain, nous prenons ce processus, nous l'intégrons dans un système et nous le mettons à la disposition des gens pour qu'ils puissent avoir cet échange avec 30, 50, 100 000 personnes.

Jeroen :

Il semble donc que les associations aient été très unilatérales, sans véritable conversation.

Dave :

Oh, oui.

Jeroen :

Ils communiquent avec leurs membres mais ceux-ci ne communiquent pas en retour, et vous voulez rétablir une conversation, n'est-ce pas ?

Dave :

Oui, tout à fait. Ils parlent à leurs membres, c'est ce que j'aime dire - vous parlez à vos membres. En fait, nous devinons souvent ce que les membres veulent ou ce dont ils ont besoin. Encore une fois, lorsque je prononce le mot "membres", vous pouvez le remplacer par "clients". Nous devinons les besoins de nos clients. Mais si vous commencez par une question, vous aurez un peu plus de contexte pour délivrer un message vraiment pertinent. En fait, il s'agit d'un dialogue. Souvent, nos clients entendent leurs clients ou leurs membres dire : "Oh mon Dieu, je n'avais aucune idée qu'il y avait une personne derrière cet e-mail".

Dave :

Beaucoup de gens pensent que tout est automatis√© gr√Ęce √† l'automatisation du marketing et aux syst√®mes. Bien que cela commence de cette mani√®re, ce que nous faisons, c'est permettre cet √©change afin de savoir √† qui parler, comme √† un humain, quand lui parler et de quoi lui parler. C'est donc un processus tr√®s, tr√®s cool. C'est ce que j'aime dans l'entrepreneuriat. L'id√©e de cr√©ation. On peut cr√©er de nouvelles choses et repousser les limites l√† o√Ļ les gens ne sont pas encore all√©s.

Jeroen :

Oui, sans aucun doute. J'aime aussi cette partie et c'est personnellement ce qui me fait me lever le matin. Ce processus de cr√©ation, pour vous, a commenc√© o√Ļ ? D'o√Ļ vient l'√©tincelle de PropFuel ?

Dave :

J'ai été licencié. En fait, c'est comme ça que j'ai eu l'étincelle de l'entrepreneuriat. C'est arrivé quand j'avais 30 ans. J'ai 50 ans aujourd'hui et c'est arrivé quand j'avais 30 ans. J'ai été licencié et je travaillais chez PricewaterhouseCoopers dans le domaine de l'intégration de systèmes, Siebel, les logiciels SAP. J'ai toujours travaillé dans le domaine des logiciels. Je ne suis pas un développeur, je suis le gars qui prend le logiciel et met en place le processus commercial autour de lui. C'est ce que j'ai toujours fait, puis j'ai été licencié et j'ai réalisé que je n'aimais vraiment pas travailler pour les gens. J'ai donc créé une petite entreprise merdique pour revendre quelque chose en 2001.

Dave :

Mais le bug, vous savez quoi, c'est le moment qui, je pense, a tout chang√© pour moi. Je travaillais pour SAP, un grand syst√®me ERP allemand. Je travaillais dans l'un des grands bureaux am√©ricains de SAP. Mon patron de l'√©poque, Mark, m'a raccompagn√© √† la porte, il m'a pris dans ses bras, ce qu'il ne peut plus faire aujourd'hui mais qu'il pouvait faire √† l'√©poque ; il m'a donc pris dans ses bras et m'a dit : "Tu sais Dave" - j'√©tais stagiaire √† l'√©poque, j'√©tais en train d'obtenir mon dipl√īme de commerce au MBA. Il m'a pris dans ses bras et m'a dit : "Alors, Dave. Excellent travail cet √©t√©. Un conseil, je vous encourage √† marcher plus vite et √† moins sourire lorsque vous vous promenez dans les couloirs, parce que la perception est la r√©alit√©."

Dave :

À l'époque, je me suis dit que c'était un conseil phénoménal. C'est vraiment, vraiment un bon conseil parce qu'il n'est pas nécessaire d'être intelligent pour le faire. Il n'est pas nécessaire d'avoir de grandes connaissances sur un sujet en particulier. Il n'est pas nécessaire d'avoir un grand nombre de compétences pour marcher plus vite et sourire moins. Il suffit de marcher plus vite et de sourire moins. C'est super facile, tout le monde peut le faire, n'est-ce pas ?

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Dave :

Je ne pouvais pas le faire. Inutile de dire que j'ai été licencié pour manque de sens de l'urgence dans mon emploi suivant, et que j'ai ensuite créé une entreprise aux antipodes de ce conseil. La première entreprise que j'ai créée s'articulait autour de l'idée de marcher lentement et de sourire davantage, ce qui signifie en substance : profiter du voyage. Qui sait si je deviendrai un jour milliardaire, ce serait cool, n'est-ce pas ? Mais j'ai intérêt à apprécier le processus pour y arriver et si vous n'appréciez pas le processus, pour moi, il ne sert à rien d'arriver à ce point. Je veux vraiment profiter du voyage, et c'est ce que je fais depuis 20 ans.

Jeroen :

Oui. En fait, j'ai beaucoup souri lorsque vous avez expliqué cela parce que, lors de mon premier emploi dans une entreprise, j'étais dans une grande société pharmaceutique.

Dave :

Oui, c'est la même chose. Big pharma, big software.

Jeroen :

Ma patronne chez Baxter m'a donné un conseil similaire. Elle m'a dit : "Jeroen, tu te débrouilles très bien, mais tu dois agir davantage comme un chef de produit parce que tu veux devenir chef de produit. Tu dois agir comme tel et tu ne peux plus rester à l'intérieur et tout ça". Et je me suis dit : "En quoi c'est pertinent, je me sens bien ici." Et à l'époque, c'était un peu comme "Ouais, ok, c'est logique". Et cela a du sens au sein d'une entreprise, mais une fois que vous en êtes sorti et que vous vous lancez dans l'entrepreneuriat, cela n'a plus d'importance.

Dave :

Oui, oui. Je me souviens du jour o√Ļ j'ai √©t√© vir√©. Je n'ai pas eu l'impression que √ßa n'avait pas d'importance. J'ai eu l'impression de recevoir un grand coup de poing dans le ventre.

Dave :

Lorsque j'ai été licencié, il y avait une bulle technologique et tout était en train d'exploser et d'imploser. C'était aussi le bon moment pour se débarrasser des gens, donc je ne peux pas m'attribuer tout le mérite d'avoir été licencié. Mais c'est quand même un coup de poing dans le ventre. Je me souviens avoir appelé ma femme. J'ai pris un ferry de Boston à la rive sud de Boston, Massachusetts.

Dave :

Je me souviens d'√™tre rest√© sur la jet√©e, √† 10h30 du matin, et d'avoir appel√© ma femme sur mon t√©l√©phone Nokia, comme le t√©l√©phone de Keanu Reeves dans Matrix, si vous avez d√©j√† vu Matrix. J'√©tais assis l√†, avec mon t√©l√©phone Nokia, et j'ai appel√© ma femme. Je me souviens de la minute o√Ļ j'ai entendu sa voix, et j'ai entendu mon b√©b√©, qui est maintenant √† l'universit√© ; j'ai entendu mon b√©b√© roucouler dans ses bras. Elle √©tait assise dans la cuisine de notre maison que nous avions hypoth√©qu√©e au-del√† de nos moyens, dans un quartier relativement ais√©, et j'ai imm√©diatement fondu en larmes.

Dave :

C'était très, très dur à avaler. C'était vraiment, vraiment difficile d'accepter que cette entreprise ne veuille pas de moi. Mais je me souviens que mon frère m'avait dit à l'époque : "Dave, une porte se ferme, beaucoup d'autres s'ouvrent." Je me demandais si je pouvais jurer dans ce podcast.

Jeroen :

Vous pouvez. Ce n'est pas un podcast américain, donc...

Dave :

Non ? D'accord ! Je me suis dit : "Va te faire foutre Ed, je ne veux pas entendre ça." C'est comme ça que j'ai réagi à "Many More Open" : "Va te faire foutre, Many More Open". Je viens de perdre mon travail, je n'ai aucune idée de la façon dont je vais payer mon hypothèque, sans parler de mettre de la nourriture sur la table. Inutile de dire qu'il avait raison et que les 20 années qui ont suivi ont été un voyage très amusant. Ce n'est pas toujours le cas, ce n'est pas tous les jours qu'on se réveille et que c'est génial.

Dave :

Il y a encore des p√©riodes tr√®s, tr√®s difficiles et des jours o√Ļ vous avez l'impression d'avoir √©t√© renvers√© par un camion, mais en g√©n√©ral, la stimulation, la capacit√© d'√™tre qui vous √™tes, de vous accrocher aux portes, quand vous voulez vous accrocher √† une porte, peu importe ce que cela veut dire. Je ne sais m√™me pas ce que √ßa veut dire, mais je veux le faire.

Dave :

Je veux sourire, je veux marcher lentement et si je veux sortir et marcher un peu autour de ma piscine pendant que je suis au téléphone, je veux pouvoir le faire. C'est la liberté et, sans parler de la liberté, c'est aussi la possibilité de gagner une tonne d'argent. Tous les entrepreneurs ne gagnent pas beaucoup d'argent, mais beaucoup le font.

Jeroen :

Oui, c'est quelque chose qu'il faut bien comprendre dans le domaine de l'entrepreneuriat.

Dave :

Je ne connais même pas votre question.

Jeroen :

Cela vous rend riche ou non.

Jeroen :

Mais c'est amusant.

Dave :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Et c'est la chose la plus importante parce que si vous n'appréciez pas le voyage, je pense que cela ne vous rendra jamais riche, parce que vous abandonnerez quelque part sur le chemin de l'argent que vous essayez d'obtenir, ce qui n'est pas exactement le but.

Dave :

Mais c'est vrai pour tout, je pense. Si vous n'aimez pas vraiment le voyage, vous dépendez de la volonté.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Dave :

C'est vrai ? Je pense que c'est pour √ßa que les gens sont nuls en r√©gime et en perte de poids. Parce que ce n'est pas agr√©able de ne pas manger le g√Ęteau. Ce n'est pas agr√©able de manger moins. Pour r√©ussir √† perdre du poids, il faut donc soit faire preuve de volont√©, ce qui fonctionne rarement pendant un certain temps, soit trouver du plaisir √† manger et √† cuisiner des l√©gumes de mani√®re √† ce qu'ils soient savoureux. C'est pourquoi je pense que les personnes qui r√©ussissent √† se remettre en forme et √† perdre du poids sont celles qui ont trouv√© du plaisir √† faire de l'√©quitation ou de la course √† pied et √† bien s'alimenter. Ce sont eux qui trouvent cette joie. Mais si vous ne trouvez pas de plaisir dans ce que vous faites, vous ne r√©ussirez jamais. C'est ma philosophie. Vous pouvez r√©ussir √† court terme. Vous pouvez r√©ussir pendant quelques semaines ou quelques mois, mais cela ne durera pas.

Jeroen :

Non, non, c'est tout à fait vrai. En fait, j'ai récemment adopté un régime à base d'aliments entiers et de plantes. Cette année, en janvier, et je l'apprécie vraiment. Et je n'ai pas l'impression qu'il y ait une raison de revenir en arrière. Je n'ai jamais eu à suivre un régime ou quoi que ce soit d'autre.

Dave :

Dites-moi ce que c'est. Qu'est-ce qu'un régime alimentaire complet ?

Jeroen :

Il s'agit essentiellement de manger des aliments entiers, non transform√©s et √† base de plantes. Ils r√©duisent leur consommation de viande, d'Ňďufs, de lait et de produits √† base de peau.

Dave :

Vous l'avez réduit ou éliminé ?

Jeroen :

J'ai presque tout éliminé, mais ma femme veut encore en manger de temps en temps, alors...

Dave :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Je ne suis pas, disons, extrémiste à ce sujet, donc il n'y a pas de problème à en manger de temps en temps.

Dave :

Oui, c'est vrai. Oui, c'est ça.

Jeroen :

Mais c'est aussi très agréable. Cela vous donne un peu plus d'énergie, ce qui est très pratique lorsque vous essayez de créer une entreprise.

Dave :

Je pense que le simple fait d'aimer ce que vous faites vous donne une √©nergie suppl√©mentaire et, encore une fois, je tiens √† le souligner, cela me rend toujours dingue quand les gens disent "Oh mon dieu, j'aime ce que je fais, je me r√©veille tous les jours avec un sourire sur le visage". Parce que c'est de la connerie, il y a des jours o√Ļ ce n'est pas le cas. Dans ma derni√®re entreprise, qui a √©galement √©volu√© vers une soci√©t√© de logiciels SaaS, je me souviens du jour o√Ļ j'ai re√ßu un appel de mon d√©veloppeur principal m'annon√ßant que nous avions √©t√© pirat√©s. Ce n'√©tait pas dr√īle. Ce n'est pas un jour que j'ai appr√©ci√©. C'est le jour o√Ļ j'ai vraiment cru que l'entreprise allait sombrer dans les flammes. Il y a donc de la merde qui arrive, mais il y a aussi beaucoup de bonnes choses.

Jeroen :

Quelles sont les choses les plus intéressantes que vous ayez pu faire en gérant toutes ces entreprises ?

Dave :

Oh, c'est une excellente question, et cette r√©ponse risque d'√™tre longue, je vais donc devoir l'interrompre √† un moment ou √† un autre. L'une des choses que j'aime le plus, c'est dr√īle, c'est de cr√©er un lieu o√Ļ les gens peuvent s'√©panouir, tant sur le plan personnel que professionnel. Et je mets cela dans le cadre de la culture. Je pense que j'ai fait du bon travail dans ma derni√®re entreprise, celle-ci est encore assez petite, nous sommes en mode startup, mais je veux construire une entreprise o√Ļ les gens ne veulent jamais partir.

Dave :

Je ne veux pas dire qu'ils ne veulent pas rentrer chez eux et dormir. Je veux dire que, quelle que soit l'offre d'un concurrent ou d'une autre entreprise, ils ne partiront pas parce qu'ils aiment vraiment ce qu'ils font et l'endroit o√Ļ ils le font. Ils se sentent passionn√©s et enthousiastes √† l'id√©e de venir travailler. C'est ce qui me pla√ģt. J'ai vraiment aim√© voir la passion, les sourires, les amiti√©s et les mariages qui sont n√©s dans ma derni√®re entreprise.

Dave :

Une autre chose que j'aime beaucoup est ce dont nous avons d√©j√† parl√©, √† savoir la possibilit√© de repousser les limites de ce que le march√© a l'habitude de faire. Il s'agit donc d'examiner ce que fait le march√© et de d√©terminer o√Ļ se trouve une lacune, o√Ļ il y a quelque chose √† am√©liorer. Et bien s√Ľr, nous sommes tous sur ces petites niches, donc nous nous concentrons sur une toute petite partie du march√©. Mais il y en a toujours assez et plus on se concentre, plus on voit de possibilit√©s d'am√©lioration. C'est une autre chose que j'aime, et bien s√Ľr, je serais n√©gligent si je ne disais pas que j'aime gagner, n'est-ce pas ?

Dave :

J'aime vraiment, vraiment gagner. Je suis tr√®s comp√©titif, et par gagner, j'entends gagner de nouvelles affaires. J'aime construire une entreprise jusqu'au point o√Ļ, oui, vous pouvez la vendre, c'est comme la victoire ultime pour un entrepreneur, n'est-ce pas ? Ce que j'aime dans la vente, c'est qu'elle quantifie pour la premi√®re fois la valeur que vous avez cr√©√©e. Jusqu'√† ce moment-l√†, on se dit que l'on cr√©e beaucoup de valeur, que l'on vend un produit pour X dollars, que les gens paient X euros, que l'on a X clients et qu'il y a une valorisation. Ou peut-√™tre avons-nous lev√© des fonds, ce qui est tr√®s difficile, soit dit en passant, de lever des fonds. Avez-vous d√©j√† lev√© des fonds ?

Jeroen :

Nous avons levé des fonds auprès d'investisseurs providentiels, mais pas vraiment auprès d'investisseurs institutionnels.

Dave :

C'est la même chose. Je pense que c'est un processus brutal. Je suis en train de le vivre et c'est beaucoup, beaucoup plus brutal que ce que je pensais.

Jeroen :

Qu'est-ce qui, selon vous, est si brutal ?

Dave :

Oh, mon Dieu. Voici ce qui me semble le plus int√©ressant. Nous avons cr√©√© ce jeu et l'avons modifi√© un million de fois. Le processus d'√©laboration de la pr√©sentation est, √† lui seul, tr√®s pr√©cieux. Il vous aide √† comprendre qui vous √™tes et o√Ļ vous vous situez sur le march√©, m√™me si vous ne le montrez jamais √† personne. C'est un processus extraordinaire. Avez-vous aussi v√©cu cette exp√©rience ?

Jeroen :

En fait, la première chose que nous avons faite lors de la création de l'entreprise a été de créer un jeu de cartes.

Dave :

C'est vrai.

Jeroen :

Pour faire court, nous nous sommes dit que nous allions faire cette chose, qu'il y avait beaucoup de potentiel mais que nous devions être capables de prendre le temps de le faire parce que la création d'un tel système ne va pas se faire du jour au lendemain. Nous n'allons pas le créer en une semaine ou quelque chose comme ça. Nous avons besoin de temps.

Dave :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Nous avons donc vu ce truc en ligne de Kima Ventures, qui s'appelait Kima15 et qui disait : " Dans 15 jours, nous reviendrons vers vous. Vous pouvez obtenir 150k pour 15% de votre entreprise. Il vous suffit de nous envoyer un dossier. Vous devez suivre ce livre et d'autres choses. La première chose que nous avons faite a donc été de créer une présentation. C'était moi, puis mon cofondateur a créé un prototype. Nous l'avons envoyé et ils nous ont dit : "Vous êtes un peu trop en avance sur votre temps". Mais...

Dave :

Nous aimerions avoir un client. Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Oui, nous n'avions rien. Nous avions un prototype. C'était juste cliquer sur des trucs et c'était tout. Ça ne faisait rien. Il y avait une plate-forme, mais il n'y avait rien d'autre derrière.

Dave :

Oui, c'est vrai. Je pense que l'exercice de cr√©ation d'un jeu de cartes est tr√®s, tr√®s utile. Et si vous connaissez EOS, Entrepreneurial Operating System, "Traction" de Gino Wickman, ou "Scaling Up" de Verne Harnish, si vous connaissez l'un de ces processus, les processus de planification strat√©gique, c'est essentiellement ce que vous faites lorsque vous cr√©ez cette vision. Et vous la documentez. C'est ce que fait le dossier. Mais ce n'est pas la partie la plus difficile. Bien qu'il ait √©t√© difficile de cr√©er ce dossier, ce n'√©tait pas la partie la plus difficile. La partie que je trouve la plus difficile, c'est que vous allez voir 30, 50, 100 investisseurs au fil du temps, vous frappez constamment aux portes de vos amis et de votre famille, des anges selon le stade o√Ļ vous en √™tes, certains investisseurs en capital-risque.

Dave :

Et je dirais que la moiti√© d'entre eux sont r√©ellement int√©ress√©s par la connaissance de l'entreprise. Ils vous posent des questions sur l'entreprise, ils veulent la comprendre. C'est √† cela que l'on reconna√ģt un v√©ritable investisseur. Ensuite, l'autre moiti√© veut critiquer votre pitch et votre technologie, et ils vous disent : "Voulez-vous un retour d'information ?" Et bien s√Ľr, il n'y a qu'une seule r√©ponse √† cela, bien s√Ľr que vous voulez un retour d'information et au d√©but, c'est vraiment le cas. Dans les 10 ou 15 premi√®res ann√©es, oui, vous voulez vraiment un retour d'information. On en arrive √† un point o√Ļ le retour d'information que l'on re√ßoit ici est coh√©rent.

Dave :

Vous effectuez donc ces changements, puis tous les retours d'information sont contradictoires. Certaines personnes pensent que vous devriez faire X et d'autres que vous devriez faire Y. Vous recevez donc constamment ces commentaires et vous prétendez prendre des notes et les écrire, et vous allez faire des changements, puis en fin de compte, vous devez arriver à cette question : "D'accord, merci pour les commentaires, mais êtes-vous intéressé ?" Par exemple, "Êtes-vous intéressé par un investissement ? Avez-vous des questions sur l'entreprise, oubliez la présentation ?" Je pense que c'est la partie la plus difficile - passer par ce processus encore et encore et encore et encore. Recevoir un grand nombre de "non", parce que vous n'êtes tout simplement pas fait pour l'entreprise, ce qui est tout à fait rationnel. Cela ne signifie pas que votre entreprise n'est pas bonne. Cela signifie simplement que vous ne correspondez pas au type d'investissements qu'ils réalisent.

Dave :

C'est difficile, vraiment difficile. Et puis il y a toutes les conditions, et tout le monde veut des conditions différentes, par exemple certains veulent un siège au conseil d'administration. D'autres veulent des actions. D'autres se moquent de savoir s'il s'agit d'une action ou d'une obligation convertible. Il y a donc ce " oui, c'est difficile ". Oh, n'oublions pas le temps qu'il faut y consacrer, n'est-ce pas ? Oubliez la fonction de PDG ou le travail avec les clients, parce que la plus grande partie de votre travail consiste à présenter et à lever des fonds. C'est ce que votre travail devient, oubliez d'embaucher des gens. Donc, si vous devez faire ces autres choses, ce sera après les heures de travail. Alors oui, c'est difficile. Je n'attends pas avec impatience la prochaine fois que nous devrons lever des fonds.

Jeroen :

Oui, je pense que nous avons eu beaucoup de chance. J'ai eu quelques contacts par l'intermédiaire de personnes que je connaissais, d'autres startups, ce qui est un excellent moyen de trouver de bons business angels. Et puis, j'en connaissais déjà quelques-uns par l'intermédiaire de nos collaborateurs, et puis nous avons fait des billets convertibles avec des conditions standard, et c'était ça ou rien.

Dave :

S'agissait-il d'un coffre-fort ou de votre propre billet convertible ?

Jeroen :

Il s'agissait de notre propre billet convertible. Il y avait même des termes comme "tous les anges signent la même chose". Donc, dès que le premier a signé, il n'y a plus eu de discussion possible avec les autres, parce qu'ils ont tous signé la même chose, n'est-ce pas ?

Dave :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Cela nous a permis de gagner énormément de temps.

Dave :

Génial.

Jeroen :

Je le recommande √† tout le monde, mais il faut bien s√Ľr v√©rifier si ces conditions sont valables dans toutes les circonstances.

Dave :

Oui, c'est vrai. Oui, c'est vrai.

Jeroen :

C'est un processus de vente et c'est réel. Mais je pense que cela s'applique à l'entrepreneuriat en général, n'est-ce pas ? Si vous voulez vraiment réussir, vous devez être capable de prendre en compte les commentaires des investisseurs, mais aussi ceux des clients. Je me souviens que les entretiens avec les clients étaient extrêmement brutaux et qu'il y avait tellement de commentaires dans tant de directions différentes que nous ne savions pas à l'époque comment les condenser. Nous avons donc traversé cette période lorsque nous avons mené les entretiens avec les clients, parce que tout d'un coup, il y avait tellement de choses que les gens disaient, et cela partait dans toutes les directions et tout devenait un nuage vraiment flou jusqu'à ce que nous ramenions les choses à l'essentiel. Nous nous sommes demandé pourquoi nous avions lancé ce projet et nous avons considéré le retour d'information comme un élément secondaire.

Dave :

Je pense que lorsqu'il s'agit de feedback, la tendance naturelle est de s'ouvrir compl√®tement √† tous les feedbacks, n'est-ce pas ? Et je pense que c'est une bonne chose d'√™tre ouvert √† tous les retours. Le truc, c'est la fa√ßon dont vous le traitez, et ce que j'ai appris de mon partenaire, c'est que j'ai tendance √† √™tre tourn√© vers le client, mon partenaire est tourn√© vers le produit, il travaille sur une plateforme, je travaille avec les clients. Quand je vais le voir et que je lui dis : " H√©, √©coutez, voici deux ou trois choses que j'ai entendues aujourd'hui et qui pourraient √™tre des fonctionnalit√©s int√©ressantes pour la plateforme. " Sa r√©action est g√©n√©ralement de dire " non ", n'est-ce pas ? Je pense qu'il dit plus souvent non que oui. √ätes-vous plut√īt d√©veloppeur ou plut√īt responsable des processus ?

Jeroen :

Je suis plus du c√īt√© des clients.

Dave :

D'accord, vous √™tes probablement comme moi, vous entendez beaucoup de choses que les gens veulent, mais je pense qu'un bon d√©veloppeur ou un bon directeur technique dira : " C'est bon √† savoir et je dois mettre cela en perspective avec l'orientation que nous donnons √† la plateforme. Parce que si vous commencez √† y ajouter toutes ces cloches, ces sifflets et ces fonctionnalit√©s, cela deviendra juste un tas de cloches, de sifflets et de fonctionnalit√©s, au lieu de garder cette approche vraiment simple pour accomplir une t√Ęche". Et c'est ce que nous avons vraiment r√©ussi √† faire. Gr√Ęce √† mon partenaire, beaucoup de gens nous disent : "C'est tellement facile." Ce ne serait pas facile si nous disions oui √† tout ce que les gens veulent. C'est donc une chose tr√®s difficile √† faire, mais il faut savoir dire non quand il le faut.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. Ce que nous faisons, je pense, et c'est la fa√ßon la plus simple de garder le contr√īle, c'est de l'ajouter √† une liste, et nous disons aux gens "merci pour le retour d'information, nous l'avons not√©". Sur notre liste, nous regroupons les choses par th√®me. Ensuite, nous nous contentons de dire : " D'accord, cette personne l'a √©galement demand√© et cette personne l'a √©galement demand√©, mais sa fa√ßon sp√©cifique de le demander, ce qu'il y a derri√®re et tout le reste, c'est l√†. Mais vous pouvez tr√®s rapidement voir ce qui est r√©current et pourquoi, et ensuite vous allez analyser plus en profondeur, poser plus de questions √† ces personnes et ensuite travailler dessus.

Jeroen :

Et c'est, comme vous l'avez dit, la seule fa√ßon de rendre un syst√®me simple. Je pense que, par exemple, si vous prenez une entreprise comme SAP, la fa√ßon dont elle a commenc√© √† g√©rer ce probl√®me, c'est qu'elle a construit un syst√®me o√Ļ tout le monde peut construire ce qu'il veut √† condition que des consultants SAP le fassent pour vous. Mais il y a aussi beaucoup d'autres soci√©t√©s de logiciels o√Ļ les choses ont compl√®tement d√©rap√© parce que le service des ventes dirigeait le processus et disait toujours au d√©veloppement : " Faites ceci, faites cela, faites cela, faites cela " et, √† un moment donn√©, c'est le d√©sordre total. Et personne n'a vraiment une vue d'ensemble de ce qui doit √™tre construit et alors, oui, dans la plupart des cas, les soci√©t√©s de logiciels commencent √† imploser.

Dave :

Pour approfondir cette id√©e, je dirais que si l'id√©e vous pla√ģt, vous pouvez dresser une liste de ce que vous entendez. Si vous aimez l'id√©e, vous pouvez mettre ces choses que vous entendez sur une liste. Pour ma part, je la transmets √† mon partenaire. Sa m√©thode de travail consiste √† organiser les choses dans une liste et √† les structurer en fonction de certaines cat√©gories. Il ne travaille pas tant sur les fonctionnalit√©s que sur ces cat√©gories et ce qu'il fait, c'est qu'il redessine un √©l√©ment de la plateforme de mani√®re √† ajouter, supprimer et reconstruire en m√™me temps pour sortir une version plus sophistiqu√©e de ce composant de la plateforme. Je suis tr√®s vague, mais ce que je veux dire, c'est qu'au lieu de se contenter de corriger et d'ajouter une chose, il am√©liore compl√®tement le processus.

Jeroen :

Et ces cat√©gories sont comme des travaux, des t√Ęches √† accomplir ? Si vous connaissez le cadre, est-ce que c'est cette direction, ou ?

Dave :

Je vais vous donner un exemple. Sur notre plateforme, comme beaucoup d'outils d'automatisation du marketing, nous avons des campagnes qui sont envoyées. Les questions que nous envoyons prennent la forme d'une campagne. Nous disposons donc d'un gestionnaire de campagne pour les créer. Au lieu d'ajouter ou de supprimer une fonctionnalité à un moment donné, et c'est ce qu'il fait, mais à un moment donné, il va juste reconstruire le gestionnaire de campagne pour le ramener à la simplicité, se débarrasser de ces éléments aberrants. Tout ce qui est devenu grumeleux et laid, il va l'aplanir en reconstruisant le gestionnaire de campagne, voilà ce que j'entends par là.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Dave :

Je viens de lire un excellent livre intitulé The Mom Test (Le test de la mère). Je ne sais plus qui l'a écrit, mais il suffit de taper The Mom Test sur Google pour le trouver. Mais avez-vous entendu parler de ce livre ?

Jeroen :

J'en ai entendu parler. Oui, c'est vrai.

Dave :

Il s'agit essentiellement de savoir comment obtenir un retour d'information de la part des clients, principalement au stade de la création d'entreprise. Avant même d'avoir un produit, ou peut-être dès la version bêta. Mais comment obtenir un retour d'information sans forcer les gens à vous donner un retour d'information positif qui n'est pas vraiment utile ou exact. J'ai trouvé que The Mom Test était un livre très bien fait.

Jeroen :

Oui, c'est vrai. Il est essentiel d'obtenir un bon retour d'information qui soit constructif et que vous puissiez en faire quelque chose, tout en comprenant ce qu'il y a derrière. C'est un peu l'essentiel pour obtenir ce retour d'information, je pense.

Dave :

Oui, c'est vrai. Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Vous êtes donc en train de lever des fonds. Il s'agit de fonds providentiels, n'est-ce pas ? Est-ce dans l'intention de lever des fonds de capital-risque à long terme ?

Dave :

Pour être déterminés, nous ne sommes pas, je ne pense pas que nous allons faire de l'angélisme. Je pense que nous allons nous en tenir à nos amis et à notre famille. Je pense que les sociétés de capital-risque et même les investisseurs providentiels s'intéressent aux entreprises qui ont une vision de licorne. En fait, contrairement à la façon dont on construit généralement une entreprise, nous nous concentrons sur un créneau très particulier et nous voulons l'atteindre. C'est tout, nous voulons juste réussir dans ce créneau.

Dave :

Au fur et à mesure que nous nous engageons dans cette voie, nous prenons la décision de savoir à quoi cela ressemblera dans cinq ans. Nous ne serons pas une licorne dans cinq ans, et ce n'est pas ce qu'un investisseur en capital-risque ou même un investisseur providentiel veut entendre. Ils veulent entendre que vous avez vraiment l'intention d'en faire une licorne. C'est pourquoi nous nous concentrons actuellement sur les amis et la famille. Il s'agit d'une levée de fonds plus modeste. Nous levons un million, pas cinq ou dix, juste un million.

Dave :

Il s'agit d'un chiffre difficile √† obtenir, car beaucoup d'amis et de membres de la famille ont un peu moins que cela. Mais les soci√©t√©s de capital-risque ne veulent pas s'engager pour un montant aussi faible. Quoi qu'il en soit, nous levons un million et c'est tout. Je d√©cris cela un peu comme un shoot d'√©nergie de cinq heures. C'est comme si nous faisions une piq√Ľre d'√©nergie de cinq heures pour l'entreprise, voil√† ce que c'est. C'est un moyen de nous aider √† d√©velopper les ventes, le marketing et le soutien √† la client√®le un peu plus rapidement et mieux que nous ne le ferions si nous √©tions √† la base.

Jeroen :

Il ne semble pas non plus que l'argent du capital-risque corresponde √† ce que vous disiez tout √† l'heure, √† savoir que vous aimiez vraiment d√©velopper une √©quipe et en faire une entreprise o√Ļ les gens ne veulent pas partir, etc.

Dave :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Cela ne ressemble pas à une entreprise soutenue par un capital-risque, n'est-ce pas ?

Dave :

C'est ce que j'appelle une croissance contr√īl√©e, n'est-ce pas ? Ce n'est pas tout √† fait une entreprise de style de vie, mais ce n'est pas non plus une entreprise √† haut risque et √† forte croissance. Il est tr√®s peu probable que nous allions quelque part √† ce stade. Nous n'allons pas dispara√ģtre, c'est tr√®s peu probable. On ne peut pas en dire autant de la plupart des entreprises financ√©es par le capital-risque. Il y a toujours une bonne probabilit√© qu'elles se dissolvent. Ils visent donc la lune, n'est-ce pas ? Nous visons l'atmosph√®re, et je n'ai pas honte de le dire. Je pense qu'il y a beaucoup d'entreprises vraiment cool. Une fois que nous aurons atteint l'atmosph√®re, ou que nous serons √† mi-chemin, nous pourrons prendre la d√©cision. Vous savez que la lune n'est pas tr√®s loin, peut-√™tre devrions-nous sauter dessus, et il ne sera pas trop tard.

Jeroen :

C'est à ce moment-là qu'il faut prendre de la vitesse.

Jeroen :

Pour reprendre une citation de Reid Hoffman, il pousse toujours les startups à aller sur la lune, comme l'ancien fondateur de LinkedIn qui a un podcast.

Jeroen :

Les ma√ģtres de l'√©chelle. Si vous √©coutez ce podcast, tout ce que vous avez besoin de faire est de lever des fonds de capital-risque et de parler de philosophie et tout ce que vous voulez.

Dave :

Oui, je comprends. C'est pourquoi je dis que c'est contraire à la philosophie populaire. Je pense qu'il y a beaucoup d'entreprises qui n'ont même pas encore de clients, mais qui vous disent qu'elles vont devenir une entreprise d'un milliard de dollars.

Jeroen :

Mm-hmm.

Dave :

Pour être honnête, ma philosophie, mon approche est un peu différente, et beaucoup d'autres entrepreneurs n'y adhèrent pas et pensent que je m'y prends mal, et c'est très bien ainsi. Ce n'est pas grave. Mon approche consiste à me concentrer sur quelque chose de vraiment, vraiment bien pour une niche, et ensuite nous pouvons partir de là. C'est ce sur quoi je me concentre.

Jeroen :

Oui, vous venez de dire que vous considérez que PropFuel est assez stable en ce moment. Mais quand vous pensez à ce qui vous empêche de dormir ces derniers temps, quelle est la première chose qui vous vient à l'esprit ?

Dave :

En général, c'est assez granulaire. C'est comme le prochain prospect et j'ai tendance à être tellement compétitif et concentré sur le prochain prospect. Ce sont généralement les choses qui se trouvent dans les mauvaises herbes qui m'empêchent de dormir. C'est la dernière chose sur laquelle je travaillais qui m'ennuie, mais c'est littéralement ce qui m'empêche de dormir. Je pense que ce que vous demandez est différent. Je pense que ce que vous demandez, peut-être, c'est quels sont les problèmes à long terme dans l'industrie que vous voyez maintenant ? Non ?

Jeroen :

Les deux ! Les deux m'intéressent.

Dave :

Ce sont les petites choses. Pour être honnête, ce sont ces petites choses qui me permettent de rester debout.

Jeroen :

Cela signifie donc que vous appréciez le voyage, n'est-ce pas ?

Dave :

Oui, c'est vrai. Ce sont les petites choses. C'est la dispute que j'ai eue avec mon partenaire, ou le client qui a eu une mauvaise expérience aujourd'hui. Ce sont ces choses-là qui m'empêchent de dormir. Ce sont les choses sur lesquelles je m'attarde. Nous avons un processus pour gérer les choses plus importantes. Nous avons une grande vision de notre avenir, mais nous la prenons avec un grain de sel. Nous comprenons que cette vision évolue avec le temps. Ce n'est donc pas vraiment cela qui me tient en haleine. Vous voulez changer de vision ? Changez de vision, bordel. Voilà, c'est facile.

Dave :

Mais oui, c'est ce qui se passe dans les mauvaises herbes qui me tient éveillé. Pendant longtemps, j'ai dit que j'avais 50 ans, ce n'est pas vieux, mais je ne suis pas une poule mouillée. Pendant les 30 ou 40 premières années, j'ai fait ce que j'étais censé faire dans les affaires, dans ma carrière ou ce que je pensais être censé faire. Si je devais comparer cela à ce que je fais aujourd'hui, Reid Hoffman dit qu'il faut viser la lune, alors je ferais mieux de viser la lune. Je ne vais pas le faire parce que Reid Hoffman, c'est bien pour toi Reid Hoffman - c'est pour ça que tu es milliardaire. C'est génial pour toi. Mais si j'essayais de faire ce que fait Reid Hoffman, j'échouerais. Je ne sais pas, je pourrais le faire ou non, mais j'ai beaucoup plus de chances de réussir si je fais les choses que j'envisage de faire.

Dave :

Je dois donc rester fidèle à ma philosophie. Je dois rester fidèle à ce en quoi je crois et à ce que je fais, et j'apprendrai de mes propres erreurs. Mais c'est ainsi que je serai la meilleure version de moi-même. Dans le même ordre d'idées, je ne vise pas la lune. Je ne vais pas le faire tout de suite. Je vais m'efforcer de faire du très bon travail pour les clients sur lesquels nous nous concentrons en ce moment, et en cours de route, je vais faire des ajustements pour arriver à l'année suivante, et encore plus d'ajustements pour arriver à l'année suivante. Telle est ma philosophie.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Dave :

Un grand respect pour Reid Hoffman, soit dit en passant.

Jeroen :

J'ai également beaucoup de respect pour Reid Hoffman, mais je ne suis pas d'accord avec sa façon de penser. Je veux dire que cela fonctionne pour un très, très petit sous-ensemble d'entreprises, mais c'est comme s'il voulait le promouvoir auprès de tout le monde, ce qui n'a pas beaucoup de sens.

Dave :

Oui, c'est vrai. Non, une autre chose que j'entends, c'est qu'il faut aller un peu à contre-courant. Je suis de la génération X, personne ne se souvient de la génération X. Il y a les baby-boomers, n'est-ce pas ? Il y a les baby-boomers, n'est-ce pas ? Tout le monde aime se moquer des baby-boomers, mais il y a aussi les milléniaux. Mais il y a aussi nous ! Ne nous oubliez pas, nous sommes les membres de la génération X. Les X, les Millennials, en théorie, si l'on croit à tous ces trucs de génération. Les Millennials veulent changer le monde.

Dave :

Je vais un peu à contre-courant sur ce point. J'aime changer les choses, mais je ne vais pas me lancer à corps perdu dans le changement du monde. Je vais me concentrer, ce qui n'est pas un commentaire populaire comme tout le monde le souhaite. Tout le monde veut changer le monde. Je me concentre sur le changement de l'environnement dont je suis le plus proche.

Dave :

Je travaille donc avec des associations et je vais changer quelque chose pour le mieux dans notre petit espace du monde associatif. Et puis peut-être dans les organisations à but non lucratif et puis peut-être dans les organisations basées sur les membres. Nous allons donc apporter des changements dans les choses qui nous sont les plus proches, mais je ne suis pas, il y a beaucoup de choses à réparer dans le monde et je ne me concentre pas sur toutes ces choses.

Jeroen :

Oui, je comprends. C'est encore la faute des baby-boomers. Ils nous ont enseigné, à nous les Millennials, que tout va bien et qu'il faut viser la lune et changer le monde. Nous vivons avec cela, mais je pense que beaucoup d'entre nous grandissent et commencent à penser comme vous.

Dave :

C'est un pendule, n'est-ce pas ? Il y a 10 ans, tout le monde voulait changer le monde. En fait, si vous avez déjà regardé Silicon Valley, la sitcom de HBO.

Jeroen :

Une partie m'a rendu malade au bout d'un certain temps. C'est une opinion impopulaire, mais cela m'a rendu comme, je ne sais pas.

Dave :

C'est ennuyeux, on dirait.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Dave :

Oui. Dans la Silicon Valley, ils ont fait cela, le pitch classique qui était une sorte de Y Combinator, et tout le monde a commencé par rendre le monde meilleur. C'était il y a 10-15 ans. Tout le monde veut rendre le monde meilleur. Aujourd'hui, je pense que le pendule revient un peu en arrière et que nous reconnaissons que la perspective que j'ai est peut-être en train de devenir un peu plus populaire. C'est-à-dire que nous ne changerons peut-être pas le monde, mais je vais changer mon petit espace à l'intérieur du monde.

Jeroen :

Mm-hmm. Oui, je pense qu'il s'agit certainement d'un groupe spécifique, mais il y a aussi le groupe qui aime la vision d'Elon Musk.

Dave :

Il va changer l'univers.

Jeroen :

Ce type est en train de changer le monde. Je serai moi-même dans l'émission télévisée, qui sera enregistrée dans un mois, et dont le titre s'intitule "Le mouvement social" et "Quatre jours pour changer le monde".

Dave :

C'est génial. J'adore ça, vraiment. Mais ce n'est pas moi.

Jeroen :

Oui, c'est vrai.

Dave :

Je la regarderai. Je vais regarder cette émission et je vais m'y abonner. Je vais pousser mes enfants à devenir des entrepreneurs qui changent le monde. Pour ma part, je vais me concentrer sur mon espace.

Jeroen :

C'est une bonne chose. Passons rapidement, parce que nous n'avons plus beaucoup de temps, aux apprentissages. Quel est le dernier bon livre que vous avez lu et pourquoi l'avez-vous choisi ?

Dave :

Oh, mon Dieu, celui que je viens de terminer pour des raisons évidentes, c'est Les secrets de Sand Hill Road. En fait, j'avais besoin d'une formation accélérée. Je suis en train de collecter des fonds, mais voyons ce qu'il y a d'autre sur ma liste. J'adore Guy Raz, How I Built This. J'écoute les livres sur audible mais j'ai lu celui-là.

Jeroen :

C'est un podcast, non ?

Dave :

Il s'agit d'un podcast, mais il en a tiré un livre. Pour être honnête, si vous écoutez les podcasts, vous n'avez pas besoin du livre. Le livre n'est qu'un résumé de tous les podcasts. Le livre Measure What Matters de John Doerr, dont j'ai apprécié la philosophie, était trop long et trop détaillé pour moi. J'ai obtenu ce dont j'avais besoin dans le premier chapitre, mais c'était un livre intéressant. L'autre livre sur ma liste est la formule d'accélération des ventes, donc je ne suis pas encore décidé, mais ce sont des livres qui m'intéressent. J'ai mentionné The Mom Test, qui était assez bon.

Dave :

J'essaie toujours de consommer autant que possible en termes de livres et, bien s√Ľr, j'√©coute une tonne de podcasts. Vous avez un excellent podcast. Mon podcast est EO 360, Entrepreneurs Organization 360. SaaStr a aussi de tr√®s bons podcasts.

Dave :

Yea Man !, That's What I Meant, How I Built This, Tim Ferriss... qui n'aime pas Tim Ferriss.

Jeroen :

Tim Ferriss, oui, je viens de lire son livre, qui est aussi une sorte de résumé de son livre. Les outils des Titans.

Dave :

Oui, c'est vrai.

Jeroen :

Vous nous avez donné une tonne de bons conseils. Y a-t-il un dernier conseil que vous voudriez donner aux auditeurs et dont vous pensez qu'ils devraient vraiment entendre parler ?

Dave :

Oui, je ne sais pas. Je pense qu'il m'a fallu trop de temps pour apprendre, et c'est juste que j'itère quelque chose sur lequel j'ai essayé de me concentrer ici.

Dave :

J'ai attendu trop longtemps pour apprendre cela. Je ne veux pas vous dire ce que vous allez faire, mais il m'a fallu du temps pour comprendre que j'allais m'épanouir si je m'autorisais à faire les choses à ma façon, au lieu de faire les choses comme mes parents pensaient qu'elles seraient meilleures pour moi quand j'étais plus jeune, ou comme l'industrie le suggère ou comme les universitaires pensent que vous êtes censé faire ou comme vos pairs pensent que vous êtes censé faire.

Dave :

C'est pour cela que je parle de choses comme de viser la lune et d'essayer de changer le monde, etc. C'est cool... mais est-ce vous qui parlez ou quelqu'un d'autre qui plante des graines ? Parce que le truc, c'est de savoir en quoi vous croyez vraiment. Ma philosophie, qui consiste à marcher lentement et à sourire davantage, une fois que je l'ai adoptée, c'est là que j'ai commencé à prospérer parce que j'ai finalement accepté de ne pas marcher vite et de ne pas sourire. C'est normal.

Dave :

Voilà donc ma philosophie. Si vous pouvez vraiment, vraiment être suffisamment à l'aise avec vous-même pour vous aider à prendre des décisions au lieu de vous tourner vers vos pairs et d'autres personnes pour savoir ce que vous devriez faire, c'est à ce moment-là que vous allez vraiment, vraiment prospérer. Quand je dis vous, je veux dire moi, c'est juste ce que j'ai appris sur moi-même, honnêtement. Je ne sais pas si c'est vrai pour tout le monde, mais c'est ce que j'ai appris sur moi-même.

Jeroen :

J'apprécie les conseils. Je pense que c'est une chose très difficile à faire, mais c'est certainement quelque chose d'important.

Dave :

C'est difficile.

Jeroen :

Soyez fidèle à vous-même.

Dave :

Je ne sais pas comment on apprend cela. Je l'ai d√©couvert √† t√Ętons au fil des ans. Jeroen, merci beaucoup de m'avoir re√ßu. C'√©tait vraiment, vraiment amusant de parler de tout cela. C'est agr√©able d'avoir un pair qui aime les m√™mes choses.

Jeroen :

Oui, merci d'avoir participé à l'émission Founder Coffee. C'était vraiment super de vous avoir avec nous.

Dave :

Nous vous remercions.


Vous avez appr√©ci√© ? Lisez les entretiens du Founder Coffee avec d'autres fondateurs. ‚ėē

obtenir Salesflare

Nous espérons que cet épisode vous a plu. Si vous l'avez aimé, review sur iTunes !

👉 Vous pouvez suivre @salesflare sur Twitter, Facebook et LinkedIn.

Jeroen Corthout